INTERNATIONAL

Syrie: Moscou et Ankara prévoient un cessez-le-feu avant 2017

Istanbul (AFP) – La Turquie et la Russie prévoient la mise en oeuvre d’un cessez-le-feu en Syrie avant le début de la nouvelle année, a déclaré jeudi le ministre turc des Affaires étrangères.

Le cessez-le-feu pourrait être mis en oeuvre « à tout moment », a annoncé Mevlüt Cavusoglu, interrogé sur la chaine de télévision A Haber à Ankara. « Nous prévoyons d’obtenir ceci avant le début de la nouvelle année ».

La veille, l’agence de presse progouvernementale turque Anadolu avait annoncé la conclusion d’un accord de cessez-le-feu dans toute la Syrie par Moscou et Ankara, ce que les principaux acteurs du conflit n’avaient pas confirmé.

M. Cavusoglu a assuré qu’en cas de succès, cet accord conduira à des négociations politiques entre le régime de Damas et l’opposition syrienne à Astana, au Kazakhstan. Ces négociations ne sont pas « une alternative à Genève » où doivent se dérouler des négociations sous l’égide de l’ONU en février, a néanmoins souligné le ministre. « C’est une étape complémentaire ».

« Les négociations à Astana se feront sous notre supervision », a-t-il ajouté, en précisant que la liste des participants à ces négociations n’était pas encore arrêtée.

M. Cavusoglu a répété que la Turquie poursuit ses efforts avec la Russie pour obtenir un cessez-le-feu, ajoutant que Moscou serait le « garant » du régime de Damas, quel que soit l’accord trouvé.

Le chef de la diplomatie turc n’a pas donné plus de détails concernant le cessez-le-feu mais a ajouté que la Turquie serait également garante de l’accord.

La Russie et la Turquie sont très impliquées dans le conflit syrien, où elles soutiennent des parties adverses: Ankara appuie les rebelles tandis que Moscou, tout comme l’Iran, est un proche allié de Damas.

La coopération russo-turque a permis la conclusion d’un cessez-le-feu il y a deux semaines à Alep, permettant l’évacuation de milliers de personnes des quartiers tenus par les rebelles.

Cette coopération sur le dossier syrien s’est intensifiée ces derniers mois, après une crise due à la destruction d’un avion russe par la Turquie à la frontière turco-syrienne fin 2015.

La Turquie est restée silencieuse lorsque le président Bachar al-Assad a obtenu sa plus grande victoire contre la rébellion depuis le début du conflit en reprenant la totalité d’Alep la semaine dernière, grâce à l’aide russe.

Mevlüt Cavusoglu a néanmoins affirmé qu’il était « hors de question » pour la Turquie d’échanger avec Bachar al-Assad.

Depuis le début de la guerre en mars 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 310.000 morts et poussé des millions de Syriens à l’exil.

Le ministre turc des Affaires étrangères,  Mevlut Cavusoglu, lors d'une conférence de presse le 20 décembre 2016 à Moscou. © AFP

© AFP/Archives Natalia KOLESNIKOVA
Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, lors d’une conférence de presse le 20 décembre 2016 à Moscou

Article précedent

Terrorisme: Cazeneuve au Tchad sur le front antijihadiste

Article suivant

Décembre 2016, mois de décembre le plus sec depuis près de 60 ans

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Syrie: Moscou et Ankara prévoient un cessez-le-feu avant 2017