INTERNATIONAL

Syrie: premières évacuations attendues à Alep

Alep (Syrie) (AFP) – Des militaires syriens préparaient jeudi l’évacuation des derniers rebelles d’Alep et de leurs familles, une opération qui pourrait sceller la victoire du régime syrien un mois après le lancement de son opération pour reconquérir la totalité de la deuxième ville de Syrie. 

Après des heures de négociations, un nouvel accord sur l’évacuation des rebelles a été annoncé en début de journée par un haut responsable de l’armée syrienne.

Il fait suite à l’échec d’un précédent accord, conclu mardi par la Russie et la Turquie, parrains respectifs du régime de Bachar al-Assad et de l’opposition, qui avait finalement capoté mercredi.

La perte d’Alep représente un revers cuisant pour la rébellion, qui avait conquis la partie orientale de la métropole en 2012, mais se retrouve aujourd’hui confinée dans un réduit après une offensive foudroyante du régime lancée à la mi-novembre.

Rendue possible grâce au soutien de la Russie, cette victoire du régime représenterait le plus important succès du pouvoir depuis le début de la guerre en 2011.

« Un accord a été trouvé pour faire sortir les rebelles (d’Alep), les préparatifs sont en cours », a indiqué à l’AFP un haut responsable de l’armée syrienne, sans donner de détails sur le sort des civils.

Les premiers départs de jeudi concernent quelque 200 personnes, principalement des blessés et leurs familles, qui doivent quitter Alep par les quartiers sud d’Al-Amiriyah et de Ramoussa, ont indiqué à l’AFP un responsable rebelle et un coordinateur humanitaire.

Quelque 4.000 rebelles et leurs familles doivent être évacués, selon la télévision syrienne.

– ‘Corridor spécial’ –

La Russie, qui a apporté une aide déterminante à Damas depuis plus d’un an, a confirmé qu’elle superviserait cette opération.

« L’évacuation des rebelles se fera à bord de 20 bus et de 10 ambulances qui emprunteront un corridor spécial en direction d’Idleb », dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé l’armée russe.

Voisine de celle d’Alep, la province d’Idleb est la dernière place forte de la rébellion, qui ne contrôle plus que quelques poches à Deraa (sud) et près de Damas.

« Les bus sont prêts, ils attendent le feu vert des forces du régime pour se diriger vers la campagne d’Alep », a indiqué à l’AFP le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Un photographe collaborant avec l’AFP présent dans le secteur gouvernemental à la périphérie sud d’Alep a pu voir des ambulances pénétrer dans la poche rebelle.

Des volutes de fumée blanche s’élevaient des quartiers rebelles, alors que les derniers habitants brûlaient leurs maigres possessions et les rebelles leurs documents selon des responsables du régime.

« Nous sommes en train de préparer le premier contingent qui concerne des civils blessés, leurs proches, et d’autres civils », a précisé Ahmad Al-Dbis, à la tête d’une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations.

– Un mois de destructions –

Une source proche du régime au fait des négociations a indiqué que des pourparlers se sont terminés jeudi à 03H00 (01H00 GMT). Au terme d’un accord, les blessés et leurs familles sortiront les premiers puis les rebelles et leurs familles ainsi que « 250 militants » anti-régime non armés.

Par ailleurs, des blessés et malades de Foua et Kefraya, deux villages chiites, assiégés par les rebelles dans la province d’Idleb, pourront aussi être évacués vers des zones du régime.

Mercredi, des centaines de Syriens avaient attendu en vain dans le froid de pouvoir quitter leurs quartiers assiégés depuis juillet par le régime. Mais, après quelques heures de calme, les violences entre forces prorégime et insurgés avaient repris de plus belle.

L’accord de jeudi a été annoncé un mois jour pour jour après le lancement par le régime de la campagne de bombardements et de combats intenses menés par l’armée syrienne et des combattants étrangers, dont du Hezbollah libanais et de milices irakiennes.

« Environ 100.000 personnes sont encore piégées sur un territoire de 5 km2 » à Alep, selon Médecins du Monde.

En quatre semaines, l’offensive a coûté la vie à plus de 465 civils à Alep-Est selon l’OSDH, tandis que 149 civils étaient tués par des tirs rebelles à Alep-Ouest.

La Russie et l’Iran doivent participer le 27 décembre à Moscou à une réunion avec la Turquie pour discuter d’une solution politique au conflit en Syrie qui a fait plus de 312.000 morts depuis mars 2011.

Des Syriens blessés et leurs familles sont rassemblés, le 15 décembre 2016 dans le quartier d'al-Amiriyah pour être évacués vers le sud d'Alep, zone contrôlée par le régime. © AFP

© AFP KARAM AL-MASRI
Des Syriens blessés et leurs familles sont rassemblés, le 15 décembre 2016 dans le quartier d’al-Amiriyah pour être évacués vers le sud d’Alep, zone contrôlée par le régime

Article précedent

A l'ère du numérique, les jeux de société plus que jamais à la mode

Article suivant

Muscler son mental, option encore taboue dans le foot

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Syrie: premières évacuations attendues à Alep