INTERNATIONAL

Syrie: un pilonnage du régime tue plus de 30 personnes après la mort d'un pilote

Beyrouth (AFP) – L’armée syrienne a violemment bombardé samedi une localité rebelle près de Damas, tuant 31 personnes dont deux travailleurs médicaux et mettant fin à une trêve qui durait depuis deux ans, un jour après la mort d’un de ses pilotes capturé par des combattants islamistes.

Les forces du président Bachar al-Assad avaient promis vendredi des représailles après avoir accusé le puissant groupe rebelle islamiste Jaich al-Islam d’avoir tué un de ses pilotes, quelques heures après la chute de son avion en raison d’un « problème technique » près de Jairoud, à 60 km au nord-est de la capitale syrienne.

« L’armée du régime a mené des raids aériens et bombardé à l’artillerie. Au moins 31 personnes ont été tuées, dont deux membres du corps médical, et il y a des dizaines de blessés », a déclaré samedi le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

M. Abdel Rahmane, dont l’ONG s’appuie sur un vaste réseau de sources médicales et de militants à travers le pays, n’était pas en mesure de préciser si toutes les victimes étaient des civils ou s’il y avait parmi elles des rebelles.

La guerre très complexe en Syrie où s’affrontent de multiples acteurs locaux, régionaux et internationaux, a éclaté en 2011, faisant plus de 280.000 morts.

A Jairoud, le directeur du centre médical et plusieurs de ses collègues ont été tués samedi, a indiqué à l’AFP Abou Malek al-Jairoudi, un militant de cette ville de 60.000 habitants. « Il y a eu 45 frappes aériennes. Le centre médical a été touché et son directeur tué ».

Jaich al-Islam (Armée de l’Islam) avait affirmé vendredi avoir capturé le pilote après avoir abattu son avion. Mais le porte-parole du puissant groupe, Islam Allouche, a ensuite posté sur son compte Twitter une photo de l’officier gisant sur le sol, avec un trou dans la nuque, en accusant le Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, également présent à Jairoud, de l’avoir exécuté.

– Résistance des jihadistes à Minbej –

Selon l’OSDH, Jairoud, située dans la région montagneuse de Qalamoun, avait été épargnée par les violences depuis plus de deux ans après la conclusion d’une trêve entre régime et autorités locales.

Toutes les tentatives de faire respecter durablement les trêves entre rebelles et régime ont échoué ces derniers mois, de même que les efforts d’un règlement politique du conflit qui a poussé à la fuite des millions de personnes et favorisé la montée en puissance du très redouté groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Depuis fin mai, l’EI fait face à une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants arabes et kurdes soutenue par les Etats-Unis qui tente de prendre Minbej, un fief vital des jihadistes, situé sur la route de ravitaillement entre la frontière turque et Raqa, leur capitale de facto en Syrie.

Les FDS, qui ont réussi à pénétrer dans Minbej par le sud-ouest, tentent actuellement d’entrer par les faubourgs nord de la ville, mais ont été repoussées samedi par les jihadistes, reculant de 4 km sur ce front nord, selon l’OSDH.

Et à Alep, l’ancienne capitale économique du pays dans le nord de la Syrie, deux femmes et un enfant ont été tués par les bombardements du régime sur le quartier rebelle de Seif al-Dawla, selon l’OSDH.

La veille déjà, dans le quartier rebelle de Tariq al-Bab, 17 personnes, dont 5 enfants, avaient été tuées dans les bombardements visant un marché à une heure de grande affluence, selon un nouveau bilan publié samedi par l’ONG.

Par ailleurs, vendredi, trois officiers ont été tués lorsque leur hélicoptère s’est écrasé à la limite de la province de Soueida dans le sud du pays, près de villages contrôlés par l’EI, selon M. Abdel Rahmane.

Les officiers sont morts dans le crash, a précisé le directeur de l’OSDH, qui n’était toutefois pas en mesure de dire si l’appareil avait été abattu ou s’il s’était écrasé en raison d’un problème technique.

Ruines à Alep, en Syrie, suite à des bombardements des forces gouvernementales syriennes, le 8 juin 2016. © AFP

© AFP THAER MOHAMMED
Ruines à Alep, en Syrie, suite à des bombardements des forces gouvernementales syriennes, le 8 juin 2016

Article précedent

Tour de France: le maillot jaune pour Cavendish, la chute pour Contador

Article suivant

Royaume-Uni: des milliers de Britanniques manifestent à Londres contre le Brexit

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Syrie: un pilonnage du régime tue plus de 30 personnes après la mort d'un pilote