ACTUS LOCALESSOCIAL

« Système D » à la cuisine centrale de Papeete

cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete
cuisine centrale papeete

Plus de la moitié du personnel de la cuisine centrale de Papeete était en grève jeudi à l’appel de la CSIP. Le personnel non gréviste a assuré, tant bien que mal, la préparation et la livraison de plus de 5 000 repas. Les négociations sont toujours en cours.

Plus de la moitié du personnel de la cuisine centrale de Papeete a suivi le mouvement de grève lancé par la CSIP. La tâche était donc ardue jeudi matin pour les six non-grévistes affectés à la cuisine. En effet, plus de 5 000 repas devaient être préparés. Côté livraison, certains directeurs d’écoles se sont rendus eux-mêmes sur place, à Taunoa, pour tenter de récupérer les repas de leurs élèves. C’est le cas du directeur de l’enseignement protestant, Thierry Temauri, qui est venu chercher les 1 300 repas prévus pour ses élèves. Mais jeudi matin, aucun repas n’est sorti par le portail principal de la cuisine centrale.

L’un des grévistes, Ludovic Arapa, affirme les doléances du syndicat remontent au mois de janvier. Il regrette qu’aucune réponse n’ait été donnée avant le dépôt d’un préavis de grève. L’association Te Fare Rahu Ora no Papeete, gestionnaire de la cuisine centrale, et le syndicat CSIP se sont en effet rencontrés longuement mercredi. Six points de revendications figurent dans le préavis de grève. Quatre d’entre eux ont « plus ou moins été accordés », précise Ludovic Arapa.

Autre gréviste, Augustin Taati travaille à la cuisine centrale depuis plus de 30 ans. Il affirme ne pas avoir de contrat de travail depuis tout ce temps. Il dit en avoir aujourd’hui « marre » de cette situation. « Ca date et ce sont toujours les mêmes demandes, mais rien n’avance ».

Le président de l’association Te Fare Rahu Ora no Papeete, Jacky Bryant, s’est dit jeudi « inquiet » pour la préparation et la livraison des 5 000 repas pour les jours à venir. Il affirme que certaines doléances ont été acceptées bien avant le préavis de grève : la prise en charge du téléphone des livreurs, la « cédéisation » des CDD ou encore une augmentation en juillet dernier. « En tout et pour tout, nous en avons eu pour 8,8 millions de Fcfp », affirme Jacky Bryant.

Article précedent

Statu quo à Air France

Article suivant

Le Pays prépare l’interdiction des sacs plastique

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Système D » à la cuisine centrale de Papeete