EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

« Tagada tagada, voilà les Dalton » – Edito 26/01/2018

Moi je vous le dis ça ne sent pas bon la future campagne électorale des territoriales tel que c’est parti. Chaque jour amène son lot de mauvaises surprises alors que cela n’a même pas encore officiellement commencé. On nage déjà dans la grande guignolade entre les déclarations des uns et des autres.

Par hasard avant hier soir je suis tombé sur un live Facebook depuis Vaitupa à Faa’a où le nouveau parti Here Fenua organisait sa première réunion publique. C’était noir de monde ! Non, je plaisante, y’avait 30 pelés à tout casser, et on se demande si ce n’était pas genre des passants qui ont vu de la lumière au loin à la recherche de brochettes. Bah ils n’ont pas été déçu, parce que là du coup y’en avait une de sacrée brochette. Alors, je ne permettrais pas de dire que s’en était une de bras cassés, le jeu de mot serait très malvenu puisque Teiva Manutahi en faisait partie. Je dirais juste qu’elle était hautement improbable. La veille déjà j’avais cru à une mauvaise blague lorsque j’avais lu que le délégué – sur la sellette – du parti présidentiel « En marche ! » sur le Territoire, Heimana Garbet, avait décidé de s’allier avec l’ancien violet que je viens de citer, Clarentz Vernaudon aussi, et l’ex orange Bruno Sandras. A titre tout à fait anecdotique j’ai bien noté la présence de Natacha Helme, mais mon seul commentaire sur le sujet sera : « hé hé … ».

Alors là les gars les autres ils ont qu’à bien se tenir, parce que ça sent la très grosse équipe de « winners ». Je vous résume la situation qui se veut incarner le renouveau vertueux en politique : le monsieur qui représente le parti du Président de la République prônant la moralisation de la vie politique, s’associe donc notamment avec un repris de justice ayant par le passé été condamné entre autre pour  détournement de biens publics à de la prison avec sursis et une privation de ses droits civiques, avec un autre qui a souvent comparu devant les tribunaux pour des faits troublants et qui attend d’ailleurs un autre procès pour bientôt, et encore un autre qui nous l’a fait à l’envers il y a 5 ans en nous promettant monts et merveilles pour finir par se vendre au Vieux Lion. Vous avez une petite cuillère de miel pour que ça passe ?

Bon grattons un peu malgré tout, de quelles propositions bien démagos nous ont-ils gratifié ? Ah ouais quand même. Ils n’ont pas peur … Y’a pas à dire, là où y’a pas de talent y’a de l’audace. Leur grand projet serait de créer un revenu minimum de 50 à 80 000 Fcp pour tous les polynésiens inscrits au RST et rendre gratos la cantine pour les enfants. Mais bon sang c’est vrai pourquoi personne n’y avait pensé, il est tellement plus urgent de créer encore plus une population d’assistés, plutôt que de proposer des concepts générant de la richesse qui créeront à leur tour de l’emploi et du pouvoir d’achat. C’est tellement plus simple que de réfléchir à un vrai projet de société pour les années à venir avant d’oser se lancer la gueule enfarinée face à un public désabusé qui se contraint à ne plus rêver.

Article précedent

« Trop d’atolls n’ont pas leur abris »

Article suivant

Journal de 7:30, le 26/01/2018

2 Commentaires

  1. Milou Ebb
    26 janvier 2018 à 20h54 — Répondre

    Que des champions du monde mdr

  2. Martine
    27 janvier 2018 à 9h37 — Répondre

    Excellent édito !

Laisser un commentaire

PARTAGER

« Tagada tagada, voilà les Dalton » – Edito 26/01/2018