ACTUS LOCALESECONOMIE

Tahiti Nui Helicopters volera dès le mois de mai

© DR

La première filiale d’Air Tahiti Nui, Tahiti Nui Helicopters, détenue à 50% par la compagnie au tiare et à 50% par le groupe franco-suisse HBG, commencera ses rotations à partir du mois de mai. La société prend la place laissée vacante par Tahiti Helicopters en juin dernier. Pour l’instant basé à Tahiti et Bora Bora, le groupe HBG compte bien créer rapidement d’autres bases en Polynésie.

Lundi matin, les statuts de Tahiti Nui Helicopters ont été signés à la présidence par le P-dg d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, et le P-dg du groupe franco-suisse, HBG, Renaud Blanc. En effet, la première filiale d’ATN est détenue à 50% par la compagnie au tiare et 50% par le groupe leader dans le transport en hélicoptères. Les deux sociétés se sont rencontrées en milieu d’année 2017, après l’annonce de la cessation d’activité de Tahiti Helicopters, seul service d’hélicoptères civils au fenua.

Un an plus tard, Tahiti Nui Helicopters est prêt à prendre son envol. Les premiers appareils sont attendus au mois d’avril. Cette rapidité, le P-dg d’ATN, Michel Monvoisin, l’explique par le partenariat lié avec HBG, « On loue les hélicoptères, HBG a un des parcs d’hélico les plus importants en Europe, c’est ce qui nous a permis d’aller très vite, parce que un H135 pour l’acheter c’est 48 mois sur une liste d’attente ». En plus de ses hélicoptères, HBG apporte une expertise dans le secteur puisque « le transport aérien et l’hélicoptère sont deux choses totalement différentes », précise Michel Monvoisin. Une expertise et « des conseils avisés d’un pro de l’hélicoptère » sur lequel ATN compte pour ne pas voir sa filiale terminer comme son prédécesseur.

Tahiti Nui Helicopters, ce seront donc quatre hélicoptères, deux H135 et deux H125, basés à Tahiti et à Bora Bora. Pour ATN, l’intérêt est bien évidemment touristique. « C’était impensable pour nous qu’il n’y ait plus de transports en hélicoptères, il y a beaucoup de demande, plus que ce que je croyais », indique Michel Monvoisin. Tahiti Nui Helicopters fera donc du transport de passagers dans différentes configurations, mais pas toujours touristiques.

L’intérêt de s’installer en Polynésie est bien évidemment stratégique « pour le développement d’un axe international » pour HBG. Le groupe est déjà présent en Amérique du Sud, en Afrique et en Europe. Tahiti Nui Helicopters donne donc une ouverture à HBG dans le Pacifique. La société dépendra d’ailleurs de HBG pour la partie opérationnelle, c’est-à-dire les vols et la maintenance. Des recrutements locaux ont déjà commencé, comme l’explique le P-dg de HBG, Renaud Blanc.

Le groupe envisage déjà de se baser dans plusieurs îles de Polynésie et notamment les Marquises, « déjà demandeurs » comme l’a fait remarquer le président du Pays, Edouard Fritch. « C’est à l’étude », précise seulement Renaud Blanc.

Les premiers vols sont prévus pour le mois de mai prochain. L’investissement pour ATN a été de 250 millions de Fcfp : « pour permettre de lancer la compagnie, payer les salaires, faire les promotions commerciales et payer les premiers loyers des hélicos ».

Article précedent

Tout le programme des festivités du nouvel an chinois

Article suivant

La Société et les Australes en vigilance orange

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Tahiti Nui Helicopters volera dès le mois de mai