EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

TAVINI/PS, c’était mieux avant… – Edito 11/08/2015

Une page est-elle en train de se tourner entre le TAVINI et le Parti Socialiste ? On peut sérieusement se poser la question puisque hier Radio 1 vous révélait en exclusivité qu’existait un terrain d’achoppement entre les deux partis qui compromettrait la signature de leur convention de partenariat.

A écouter Oscar Temaru au micro de Tamara Sentis on l’a senti empreint de nostalgie, ses mots ont été « Ah oui, elle était belle cette convention hein. ».

Cela me rappelle la marionnette de Francis Cabrel aux guignols à qui Nicolas Cantaloup qui est une star de notre antenne, prêtait sa voix. Cela donnait ça.

«Les hommes se parlent plus, ils communiquent plus. C’était mieux avant … »

Le fameux « c’était mieux avant », lorsque Tavini et PS étaient copains comme cochons. Mais là, patatra, l’idylle bat de l’aile. Les hommes ici communiquent, mais ils ne se comprennent plus, ils ne sont plus sur la même longueur d’ondes.

Il ne serait en effet plus question pour le PS d’être aussi complice avec le parti bleu sur le volet de l’accession du Fenua à son indépendance. Le PS se repositionne, c’est son droit.

Mais quel drôle de diplomate Temaru fait-il ? A la question de notre journaliste de savoir ce que le Tavini aurait à perdre du non renouvellement de cette convention, quel ne fut pas mon étonnement d’entendre Oscar dire « Rien » « Nous n’avons rien à perdre, c’est plutôt le Parti Socialiste qui aurait à perdre ». E hoa era Oscar. Faua ! Vantard ! Cela va drôlement les inciter à assouplir leur position au PS de savoir qu’en fait, même si « c’était mieux avant », on s’en contre fout si cette fois-ci ça ne marche pas.

En fait, la vérité est tout autre, passé le discours où on se targue pour ne pas perdre la face parce que l’on est en voie de se faire lâcher, on était pourtant bien content chez les bleus de mettre en avant ce partenariat à chaque fois et à tout va dès qu’il était possible de le faire. Il était en effet un atout de crédibilité supplémentaire manifeste pour les indépendantistes tant au plan local qu’à l’international, et ce, dans les plus hautes sphères de l’ONU. Avoir son existence et son action légitimée par un des plus grands parti d’Europe ce n’est pas rien. Mais on dirait bien qu’il va falloir faire sans, sauf retournement exceptionnel de situation.

Entre nous, ça sent le sapin à moins que ce ne soient les fumées de ces méchants roulottiers qui polluent plus que les feux de la décharge de Mumuvai que je hume…

Article précedent

Coupe du monde de rugby : il y a encore des billets disponibles

Article suivant

A vous la parole - Replay - La rentrée des classes - 11/08/2015

1 Commentaire

  1. Mairehau
    11 août 2015 à 13h28 — Répondre

    Je me suis toujours demandée si ce manque déroutant de maturité de la part de nos politiques était sincère ou si il gageaient sur le pourcentage de la population qu’ils espèrent être toujours des idiots !
    Parce qu’ il serait temps d’augmenter le niveau des réactions, enfin peu-être pour les nouvelles générations de politiciens qui arrivent timidement et au compte goûte dans la sphère politique !

Laisser un commentaire

PARTAGER

TAVINI/PS, c’était mieux avant… – Edito 11/08/2015