ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Temaru dépose plainte contre les Présidents français

Le leader indépendantiste, Oscar Temaru, a annoncé mardi à New York, lors de la réunion de la quatrième commission des Nations Unies consacrée aux question de décolonisation, avoir déposé le 2 octobre dernier une plainte pour « crimes contre l’humanité » devant la Cour pénale internationale, visant tous les Présidents de la République française depuis le début des essais nucléaires.

Premier « pétitionnaire » du Tavini Huiraatira à intervenir mardi devant la quatrième commission de l’ONU en charge des questions de décolonisation, le leader indépendantiste, Oscar Temaru, a annoncé avoir déposé une plainte pour « crimes contre l’humanité » devant la cour pénale internationale de La Haye à l’encontre de tous les Présidents de la République française depuis le début des essais nucléaires en Polynésie française.

Avant cela, le président du Tavini Huiraatira avait axé toute son intervention sur les essais nucléaires réalisés au fenua. Rappelant la décision « unilatérale » de la France de retirer la Polynésie française de la liste des Pays à décoloniser de l’ONU en 1963, « parce que c’est l’année exacte à laquelle le centre d’expérimentation nucléaire de la France a été installé dans notre pays ».

Sur la plainte déposée devant la cour pénale internationale, Oscar Temaru a conclu en indiquant « savoir qu’il s’agissait d’une autre de David contre Goliath. Comme l’était notre réinscription entreprise en 1978 et finalement obtenue en 2013 ».

Article précedent

Fritch invite la quatrième commission de l’ONU en Polynésie

Article suivant

Le journal de 7h30, le 10/10/2018

10 Commentaires

  1. COROSOL
    9 octobre 2018 à 18h59 — Répondre

    Pour De Gaulle, ça va être difficile de le faire venir au tribunal

  2. 10 octobre 2018 à 5h33 — Répondre

    Crime contre l’humanité ? Le tabac et le cancer c’est la bombe ? L’alcoolisme et ces méfaits c’est la bombe ? La malbouffe et le diabète c’est la bombe ? L’obésité et les problèmes cardiaques c’est la bombe ? Le casse-croute de l’écolier le matin avec un coca ou une boisson sucrée c’est la bombe ? La délinquance en hausse c’est la bombe ? Les SDF c’est la bombe ? Le dépotoir à ciel ouvert de Faa’a c’est la bombe ? Les favelas c’est la bombe ? La France a bon dos, mais par contre en fin de mois une retraite indexée de fonctionnaire d’État c’est bon à prendre.

    • Dr. TETERCHEN Daniel
      10 octobre 2018 à 13h25 — Répondre

      Vous avez oublié (c’est normal, la liste est très longue) le record du taux de pesticides sur les fruits et légumes dosés entre 50 à 350 fois les normes européennes. Tous cancérigènes bien sur.

  3. 10 octobre 2018 à 5h54 — Répondre

    Dans mon énumération précédente j’ai omis (mais comment ais-je pu ?) un autre fléau : Le paka et certaines drogues dures qui circulent, ça aussi c’est la faute à la bombe ?

  4. John
    10 octobre 2018 à 7h01 — Répondre

    Une collectivité peut-elle attaquer un pays à la CPI ?

    Chargée de recherche au CNRS et spécialiste du droit international, Catherine Le Bris précise à Libération qu’il existe trois façons de saisir la CPI. «La première : être un Etat ayant signé la convention de Rome du 17 juillet 1998. La seconde, qu’un procureur décide de lui-même d’ouvrir une enquête, ou enfin que le Conseil de sécurité des Nations unies renvoie le dossier à celui-ci.»

    Dans le cas de la Polynésie, Oscar Temaru a sans doute «transmis des informations au procureur de la CPI», suppose Catherine Le Bris. L’option de demander au Conseil de sécurité de l’ONU de saisir le procureur de la CPI «est une méthode plus indirecte mais plus symbolique, étant donné le poids de l’institution», explique la chercheuse, avant d’ajouter qu’elle «n’est pas envisageable étant donné que la France est membre permanent Conseil de sécurité et qu’elle a un droit de veto».

    La procédure a-t-elle des chances d’aboutir ?

    La CPI ne peut connaître que quatre catégories d’infractions, considérées comme les plus graves : les crimes contre l’humanité, les génocides, les crimes de guerre et les crimes d’agression. Bien que la plainte de Temaru concerne bien une des quatre infractions évoquées, elle a peu de chance d’aboutir, et ce pour plusieurs raisons.

    Premièrement, l’article XI du Statut de Rome sur la compétence ratione temporis précise que «la compétence de la Cour est limitée aux crimes commis après l’entrée en vigueur de son Statut», c’est-à-dire au 1er juillet 2002. Or en Polynésie, les tests nucléaires ont pris fin en 1996.

    De plus, l’article I du Statut de la CPI, sur le respect du principe de complémentarité, complique la tâche : il faut prouver qu’il y a eu défaillance de l’Etat compétent pour juger le crime. Autrement dit, il faut «prouver que les juridictions françaises n’ont pas fait leur travail» concernant le nucléaire en Polynésie.

  5. Tiama
    10 octobre 2018 à 7h56 — Répondre

    Ua tano ua ha’avare ratou ia matou

  6. pat
    10 octobre 2018 à 8h48 — Répondre

    et GASTON FLOSSE comme président de la polynesie française ??

  7. Pito
    10 octobre 2018 à 9h18 — Répondre

    Il trouve n’importe quoi pour se faire valoir, mais nous les polynesiens nous lui avons cloué le bec aux dernières élections. Qu’il nous fiche la paix et aille enterrer ses canettes pour faire pousser les cocotiers (c’est une idée à lui 😂)

  8. maraamu
    10 octobre 2018 à 11h02 — Répondre

    Je ne sais pas si Temaru est au courant mais à part Chirac et Giscard d’Estaing, tous les anciens Présidents français sont morts. Qui lui a mis cette idée en tête?
    Il est un exemple que la sagesse n’augmente pas avec l’âge.

    Il devrait concentrer ses efforts pour demander la déclassification des documents concernant Pouvana’a A Oopa, et ceux relatifs au choix de la Polynésie pour le CEP. On pourra ainsi découvrir les dessous de l’opération qui ont permis à la France d’être admise au conseil de sécurité de l’ONU.

    En ce qui concerne le rôle de la France dans le développement de la Polynésie, Oscar devrait faire visiter les aéroports de Polynésie, en particulier celui de Faa’a et montrer comment la France avait à cœur le développement de la Polynésie et de ses habitants.

    Pourquoi n’y avait-t-il aucun programme scientifique sur la faune, la flore de Polynésienne, et sur la géologie et son histoire accessible aux écoliers de Polynésie. La colonisation des esprits a été facilitée en faisant taire ou ridiculiser tout discours contradictoires aux intérêts de la « France » et de ses alliés (les traîtres à la Polynésie, à son histoire et son héritage millénaire.)

    Sur un autre sujet que le nucléaire, les programmes scolaires, et le traitement des élèves polynésiens qui parlaient leur langue à l’école, devraient également être mis en avant dans le dossier pour mettre la Polynésie sur la liste des pays à décoloniser.

  9. viniura
    10 octobre 2018 à 11h24 — Répondre

    Et pour l’empoisonnement par Saint Hilaire ? Il peut envoyer le formulaire de plainte ?

Répondre à viniura Annuler la réponse.

PARTAGER

Temaru dépose plainte contre les Présidents français