INTERNATIONAL

Tempête: encore 200.000 foyers privés d'électricité

Lille (AFP) – Une mère de famille a été tuée par la chute d’un arbre déraciné par le vent dans les Alpes-Maritimes, tandis que la « forte tempête hivernale » qui a sévi dans le nord du pays privait encore d’électricité plus de 200.000 foyers vendredi matin. 

« Le cyprès lui est tombé dessus alors qu’elle s’apprêtait à emmener ses enfants à l’école. Elle est décédée sur le coup », a indiqué la gendarmerie de Saint-Jeannet, commune située au pied d’une falaise entre Nice et Vence. 

« Elle est décédée sous les yeux de ses enfants. Le mari a essayé d’intervenir tout de suite en découpant l’arbre mais c’était trop tard », a ajouté la gendarmerie, qui précise que l’épisode de vent a été « violent mais assez bref ».

L’alerte pour vents violents lancée par Météo France concernait surtout le nord et l’est du pays, où il n’y a eu qu’une « petite cinquantaine » de blessés légers, selon le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, mais les Alpes-Maritimes avaient été placées en vigilance jaune.

Vendredi matin, la vigilance orange a été levée dans la moitié Nord selon Météo-France, mais la Haute-Corse a, à son tour, été placée en vigilance orange pour vent violent. 

Au total, les services de secours ont procédé à 4.452 interventions et un Thalys a été bloqué dans la nuit de jeudi à vendredi dans la Somme, a indiqué vendredi matin Bruno Le Roux. 

Les 180 passagers de ce train venant de Bruxelles sont « arrivés en TGV à Gare du Nord à 09H46 », selon un porte-parole de la SNCF, soit dix heures après l’heure d’arrivée prévue, à cause de deux incidents provoqués par la tempête, a expliqué à l’AFP Bertrand Camus, directeur des services de Thalys. 

« Vers 21H00, on a été arrêtés en pleine voie », raconte Eduardo Soteras, photographe collaborateur de l’AFP, présent à bord du train. 

« Au début, il y avait l’électricité, puis ça a été coupé. Nous nous sommes retrouvés dans le noir, sans chauffage mais il ne faisait pas trop froid vu que nous étions nombreux et que les portes sont restées fermées », a-t-il détaillé.

– Rosace endommagée à Soissons –

Les vents violents ont nécessité l’évacuation de plus d’un millier de personnes, selon Bruno Le Roux. 

Au plus fort de cette « forte tempête hivernale extrêmement violente » (Météo France), baptisée Egon, plus de 330.000 foyers ont été privés d’électricité, a indiqué le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis. Les deux zones les plus affectées vendredi matin étaient la Normandie (76.000 clients) et la Picardie (61.000 clients). 

Chutes d’arbres, ruptures de câbles et toitures envolées ont entraîné plus de 1.000 interventions des pompiers dans l’Aisne, l’Oise, la Somme et les Ardennes, placés en vigilance rouge jeudi. Dans l’Aisne, la rosace de la célèbre cathédrale de Soissons a été largement endommagée par les vents violents.

Le vent a atteint dans la nuit, 146 km/h à Dieppe, 138 km/h à Octeville près du Havre, 134 km/h à Méraulte dans la Somme et à Cerisy dans la Manche, 133 km/h à Caen, 108 km/h à Rouen et 102 km/h à Orly.

En Ile-de-France, le trafic était interrompu ou ralenti vendredi matin sur plusieurs lignes du réseau Transilien, par exemple sur la ligne D, en raison de la chute d’un arbre sur les fils d’alimentation électrique

Dans l’Oise, « le transport de trains de voyageurs (TER) reste très aléatoire sur l’ensemble des lignes traversant » le département, selon la préfecture. 

Dans le nord du pays, les cours ont été suspendus vendredi dans les écoles, collèges et lycées de l’Aisne et de la Somme où un accueil sera toutefois assuré. Les transports scolaires ont été annulés dans les Ardennes, l’Aisne, la Somme et la Meuse, mais vont reprendre dans le Pas-de-Calais et le Nord dans la matinée.

Par ailleurs, le trafic à l’aéroport de Beauvais-Tillé, suspendu vendredi soir « a pu reprendre un trafic normal à 08H30 », selon la préfecture de l’Oise, qui précise que « 127 passagers ont passé la nuit dans l’aérogare, pris en charge par le gestionnaire de l’aéroport et la protection civile ».

Des techniciens d'Enedis réparent des lignes électriques endommagées par la tempête le 13 janvier 2017 à Tregung. © AFP

© AFP FRED TANNEAU
Des techniciens d’Enedis réparent des lignes électriques endommagées par la tempête le 13 janvier 2017 à Tregung

Article précedent

Primaire du PS: après un premier débat policé, la course continue

Article suivant

Lille: clap de fin de l'ère Seydoux

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Tempête: encore 200.000 foyers privés d'électricité