ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Tensions autour du budget de Mahina

Lorna-Oputu-Damas-teuira-_CDC65641
Conseil municipal tendu jeudi soir à la mairie de Mahina. L’ex première adjointe de la ville, Lorna Oputu, dénonce une situation budgétaire et financière qui pourrait mener « à un état de redressement de la commune ». De son côté le maire, Damas Teuira, réfute ses propos et assure que « les comptes de la commune sont au beau fixe ».

A l’ordre du jour du conseil municipal de Mahina, jeudi, l’approbation des comptes administratifs et du compte de gestion concernant le budget principal et les budgets annexes. Un conseil municipal tendu au terme duquel Lorna Oputu affirme avoir « assisté avec beaucoup d’étonnement, de regret et quand même un peu de colère à un déficit au niveau de la comptabilité à Mahina ». L’élue regrette cette situation car en 2014 des efforts énormes ont été effectués pour « redresser une situation budgétaire et financière catastrophique et en trois ans nous avons réussi. Nous avons même été qualifié d’excellent élèves par la CTC en 2014, et là la tendance s’est inversée ; et que Mahina est en train de retomber dans le rouge ».

Si de son côté le tavana de Mahina, Damas Teuira, affirme ne pas être étonné des propos tenus par Lorna Oputu, il les réfute. Pour lui tout cela est politique car « elle cherche une tribune pour se faire connaître, peut-être qu’elle envisage d’être candidate aux prochaines députations ». Le tavana de Mahina assure que les « comptes de la commune sont au beau fixe ». Damas Teuira affirme qu’« il est hors de question pour moi de laisser cette commune en redressement ». Le maire ne nie pas qu’à la date buttoir du 31 mars dernier, il avait présenté, « un budget prévisionnel qui affichait un déficit de 41 millions Fcfp et qu’il fallait attendre les décisions de la TIVAA (Trésorerie des Iles du Vent, Australes et Archipels, Ndlr) concernant les comptes administratifs et les comptes de gestion. Nous les avons eu hier soir (jeudi soir, Ndlr)». Ainsi le tavana affirme que la commune n’est pas dans le rouge et affiche « un budget excédentaire de 45 millions Fcfp».

Le tavana a aussi affirmé qu’il y a près de 500 millions de Fcfp à recouvrir, dont près de 300 millions Fcfp issus de la SEM Haapape qui datent de 1987. Cette situation est en phase de se régler explique-t-il : « une convention a été signée avec la TIVA, je lui ai donné pleins pouvoirs pour saisir directement les particuliers».

Article précedent

La première promo de Poly 3D fait sensation

Article suivant

Surveillance des enfants : « On ne pourra pas assurer ça sans la participation des parents »

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Tensions autour du budget de Mahina