ACTUS LOCALESSPORTS

Thierry Ariiotima à l’OFC : « On a voulu mettre des gens qui n’ont pas de casseroles »

© OFC

Le président de la Fédération tahitienne de football a été élu vice-président de la Confédération océanienne de football samedi à Auckland. Alors que le congrès de l’OFC a été marqué par les prévarications de deux anciens dirigeants, Thierry Ariiotima estime que l’OFC doit de toute urgence « éteindre l’incendie ».

Il faut « clarifier la situation », « redorer le blason », « éteindre l’incendie »… Ainsi parle Thierry Ariiotima, qui vient d’être élu vice-président de la Confédération océanienne de football (OFC). Après six mois d’intérim depuis la démission du Papou David Chung, Lambert Maltock, président de la fédération de football du Vanuatu, a été élu à la présidence de l’OFC pour quatre ans. Lors du congrès de l’OFC, samedi 9 mars à Auckland, le Tahitien Thierry Ariiotima, le Calédonien Steeve Laigle, et le nouveau président de la fédération de Papouasie-Nouvelle-Guinée, John Kapinato, ont été élus vice-présidents de l’OFC.

L’élection de cette nouvelle équipe dirigeante s’est tenue dans un contexte difficile pour la confédération océanienne. En une semaine, deux de ses anciens dirigeants ont été suspendus pour des prévarications. Le 1er mars, six mois après sa démission, David Chung a été suspendu de toute activité dans le football pendant six ans et demi, pour « avoir offert et accepté des cadeaux et avoir agi en situation de conflit d’intérêts », selon la chambre de jugement de la commission d’éthique de la Fifa. La Fifa lui a également infligé une amende de 100 000 francs suisses (10,5 millions de Fcfp). Quant à l’ancien vice-président de l’OFC, le président de la fédération de football des îles Cook, Lee Harmon, il a été suspendu pour trois mois et condamné à une amende de 20 000 francs suisses (2 millions de Fcfp) après une enquête de la Fifa sur des reventes de billets pour les matches de la Coupe du monde en Russie. Alors que la justice française n’a toujours pas fini d’enquêter sur les agissements de l’ancien président de la FTF et de l’OFC Reynald Temarii, la Confédération océanienne de football, la plus petite des six confédérations de la Fifa, reste sous les feux des projecteurs.

« Pas de casseroles »

De retour à Tahiti, Thierry Ariiotima a réagi pour Radio 1. La priorité, pour le néo-vice-président de l’OFC, est d’« éteindre l’incendie ».

Interrogé ensuite sur les moyens mis en place pour éviter la reproduction des dérives observées depuis dix ans à l’OFC, Thierry Ariiotima répond que des « enquêtes » ont eu lieu sur les personnalités choisies pour diriger la confédération.

Article précedent

Le Pays doit indemniser un négociant en perles pour avoir détruit trop vite ses rebuts

Article suivant

OFC : Lambert MALTOCK élu Président

1 Commentaire

  1. vetea
    12 mars 2019 à 17h07 — Répondre

    pas de casseroles à l’entrée, mais beaucoup pendant et à la sortie , c’est tellement tentant les centaines de millions à brasser et se laisser corrompre

Répondre à vetea Annuler la réponse.

PARTAGER

Thierry Ariiotima à l’OFC : « On a voulu mettre des gens qui n’ont pas de casseroles »