EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

TNTV : le changement de tutelle peut-il en faire un outil de propagande ? – Edito 27/11/2017

Le carton d’audience du weekend sur notre Facebook et notre site internet c’est un article de mes confrères de la rédaction de Radio 1 intitulé « TNTV passe sous tutelle de la Présidence ». On y apprend ainsi que depuis 2 mois le Ministère de la Culture ne chapeaute plus TNTV, car en haute sphère on aurait voulu éviter le conflit d’intérêt entre un Ministre et une directrice de chaîne, frères et sœurs. Si l’un et l’autre me sont très sympathiques néanmoins, pour la forme, mieux vaut tard que jamais.

Mais ce qui me fait doucement rire c’est de constater ce qui provoque en fait l’hallali chez les internautes. Et bien la méga colère ne vient pas du tout du fait que les gens fassent enfin le rapprochement dans le fait que la sœur soit un jour devenue directrice générale de la chaîne qui était donc déjà sous la tutelle directe de son frère et que la situation ait perduré quasiment deux ans. Que le ministre, le jour du choix d’un nouveau directeur, décide de ne pas siéger au Conseil d’administration pour éviter d’être accusé de prise illégale d’intérêt et de favoritisme, mais ne pouvait pas de toute façon par le simple fait de sa filiation qui était de notoriété publique ne pas risquer d’influencer de gentils membres du Conseil d’Administrations nommés par le pouvoir en place. Le cul entre deux chaises, avaient-ils le courage de risquer d’être à l’initiative d’une opprobre familiale en faisant deux mécontents ? A l’échelle d’un tout petit pays comme le nôtre on n’a pas hésité à donner à la situation des atours de népotisme, comme si chacun n’aurait pas pu attendre son tour, car immanquablement il serait venu. Mais bon, finalement, comme c’est passé comme une lettre à la poste. Du moins pour l’instant …

Laissez-moi préciser mon propos, j’ai tendance à croire que l’un et l’autre ont suffisamment de personnalité, de probité et de réelles compétences pour assumer chacun leur rôle, je vous parle là uniquement d’un souci de forme. Mais la forme est connue pour être porteuse de sens …

Donc ce peapea se voit réparé par une nouvelle tutelle, et c’est ce qui précisément, met le feu aux poudres. A moins de 5 mois des élections, on s’imagine que la télé du Pays est mise aux ordres de l’exécutif. Certains crient au scandale, parlent de « mafia », de « manigances ». Permettez-moi de vous le dire, c’est grotesque, c’est un gros gros fantasme. Vous pensez vraiment que ça change fondamentalement la donne que ce soit un service du pays plutôt qu’un autre qui en ait la responsabilité, alors qu’il s’agit toujours du même gouvernement, du même président ? J’ai personnellement toute confiance dans l’indépendance et l’objectivité de mes collègues à TNTV, ce serait bien de ne pas oublier que lorsque l’on lance de telles accusations c’est leur professionnalisme que l’on remet en question en estimant qu’il peut fluctuer au gré du vent de l’autorité de tutelle. Même si on en a parfois l’impression on n’est pas dans une république bananière africaine, à la télé on ne fait pas ce qu’on veut, le CSA contrôle et régule et même si d’aventure c’était voulu, TNTV ne pourrait pas devenir une télé de propagande au profit d’un seul parti.  Et puis de toute façon, ce n’est pas comme si elle était la seule à émettre …

Article précedent

Football – Ligue 1 : Mauvaise opération pour Vénus

Article suivant

Un livre pour découvrir le « Mandela australien »

1 Commentaire

  1. MDR
    28 novembre 2017 à 20h00 — Répondre

    Le soucis formel existe dans un cas comme dans l’autre, et la solution était présente.

    Comme je disais sur l’autre article, si on avait voulu régler le problème sans en créer un nouveau, il y avait entre Maamaatuaiahutapu et Fritch… 7 personnes soit tout le gouvernement.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

TNTV : le changement de tutelle peut-il en faire un outil de propagande ? – Edito 27/11/2017