EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Traitement des variants : l’espoir « bleu-blanc-rouge » – Edito 02/02/2021

Avec la récente annonce de l’Institut Pasteur de l’arrêt du développement d’un vaccin contre la Covid-19, faute de résultats probants, la débâcle du secteur de la recherche française était consommée. Longtemps à la pointe mondialement, précurseur dans bien des domaines d’applications, c’est malheureusement là où on l’attendait le plus, face à une situation inédite, qu’elle aura failli. Qu’un pays comme la France en soit réduit à faire la queue comme tout le monde au guichet d’achat des labos étrangers y’a de quoi avoir la voix enrouée au moment du « cocorico ».

Si la France est au cinquième rang mondial pour la dépense de recherche publique elle se place pourtant devant les USA mais derrière la Suède, l’Allemagne ou l’Autriche. Dans la Lettre Trésor-Eco d’avril 2018 du Ministère de l’économie et des finances j’ai appris en outre que la recherche publique française se distinguait par la faible rémunération de ses chercheurs. Des différences de salaires de plus de 40% en fonction des spécialités sont notées par exemple par rapport à leurs homologues d’autres grands pays de l’OCDE. Le clou est enfoncé quelques paragraphes plus loin lorsque est soulignée que la dépense de la recherche publique française ne fait pas partie des plus efficientes et ce notamment en raison de certaines frontières technologiques qui ne sont ni atteintes et encore moins dépassées par rapport à d’autres nations compétitrices mieux dotées en termes d’outils.

Alors vous me direz il y a bien le privé. Et heureusement d’ailleurs, car voyez-vous il n’aura pas fallu attendre longtemps avant d’avoir une providentielle bonne nouvelle dans la période troublée à laquelle nous devons faire face depuis l’apparition des mutations du Covid-19. L’entreprise de biotechnologie nantaise Xenothera a ainsi annoncée hier l’efficacité de son traitement le XAV-19, contre les variants circulant actuellement, dits britannique, sud-africain, brésilien, danois et même écossais. Le quotidien Ouest-France précisait en outre que « le XAV-19 est un traitement destiné aux patients atteints de Covid-19 modérée. Baptisé Polycor, cet essai clinique français de phase 2 est promu par le CHU de Nantes et a même reçu le label « priorité nationale de recherche » en décembre dernier. À ce jour, une vingtaine d’hôpitaux proposent aux patients volontaires de participer à cet essai.

L’honneur est ainsi potentiellement sauf pour la France surtout s’il s’avère que les vaccins actuellement en cours de déploiement soient mis à rude épreuve par  les mutations du virus. Que l’espoir soit à nouveau teinté de bleu-blanc-rouge incitera peut-être davantage les hautes sphères de l’exécutif à se mettre en phase avec la réalité et à rationnaliser leur manière de contribuer à ce que notre Recherche brille davantage par son efficience pour le bien de toute l’humanité.

Article précedent

L'oxygénothérapie à domicile, bouffée d'air pour les patients du Covid

Article suivant

Journal de 7:30, le 28/01/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Traitement des variants : l’espoir « bleu-blanc-rouge » – Edito 02/02/2021