ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Transport collectif : le schéma directeur est prêt

Initiée en janvier 2015, l’assistance technique pour la réalisation du Schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables de l’île de Tahiti a été confiée au groupement EGIS/SYSTRA/Pae Tai Pae Uta, qui a livré le document final au terme d’un an et demi d’études, de recherches, mais aussi de concertation.

Ce programme d’actions pragmatique a été construit pour répondre aux préoccupations des usagers du transport en commun, mais aussi en intégrant les attentes de ceux qui voudraient le devenir. Le développement des transports collectifs est un enjeu important et le présent schéma directeur avait notamment été préconisé lors du Plan Climat Energie de la Polynésie française, qui a été restitué au second semestre de l’année 2015. L’objet de ce schéma directeur est surtout de déterminer un programme pour apporter des solutions concrètes aux dysfonctionnements des transports collectifs terrestres. Ce programme, établi suivant 4 grands axes stratégiques, décline les actions à mettre en œuvre, à divers horizons (5 – 10 et 20 ans) pour répondre aux besoins de déplacements de la population et accompagner les projets de développement économique, touristique et de transport de la Polynésie.

Axe 1 – Engager un projet de transport public viable et répondant aux besoins de la population

L’axe 1 concerne la refonte de l’ensemble du réseau de transport en commun permettant de desservir au mieux les bassins de population. Après analyse de l’ensemble des déplacements sur l’île, un nouveau plan de réseau plus efficace a été élaboré, lequel permettant notamment de renforcer les dessertes insuffisantes et de supprimer des doublons nuisant à la lisibilité générale du réseau de transport en commun. Tout en gardant un kilométrage global similaire (4 à 4,1 millions de kms par an), le nouveau plan du réseau de transport régulier permettrait à 15 000 nouvelles personnes de prendre le bus près de leur domicile.

Axe 2 – Réaliser les aménagements nécessaires à la mise en œuvre du projet de transport

L’implantation de nouvelles infrastructures et la construction d’aménagements ponctuels sont échelonnées dans le temps et permettront à des usagers motorisés de choisir le bus. Des parkings relais et des cheminements piétons accompagneront également le projet. A long terme, la mise en place d’un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) en zone urbaine (Punaauia – Arue) est réaffirmée afin d’avoir un système de transport public performant, moderne et efficace, avec un axe structurant fort. Des pôles d’échanges multimodaux, véritables guichets d’informations en entrées d’agglomération à Punaauia et Arue, ainsi qu’en centre-ville, et des parkings relais dans divers points stratégiques de la zone urbaine, inciteront une partie des automobilistes à transiter vers un système de transport en commun rapide et fiable.

Axe 3 – Mettre en place les dispositifs et matériels facilitant l’usage du transport public

Le schéma directeur souligne la nécessité, non seulement d’augmenter la fréquence des bus, mais également d’améliorer les dessertes de proximité et de diversifier la flotte pour permettre la desserte des vallées et des zones montagneuses avec des minibus.  Le plan de renouvellement du parc s’accompagne de préconisations relatives à la billettique, à une tarification adaptée, et au système d’information voyageurs qui doit utiliser les techniques modernes de communication.

Axe 4 – Programmer, suivre et accompagner la mise en œuvre du schéma directeur

La concertation entre les collectivités publiques, pour coordonner les actions, est également une proposition phare de ce schéma directeur, qui ne saurait émerger sans un réel projet autour des questions de mobilité. Dès la signature des nouvelles conventions de transport public, un financement pérenne doit permettre de se donner les moyens de mettre en œuvre ce plan d’actions, notamment de réaliser les lignes de rabattement des quartiers et par là-même de réaffirmer la notion de service public. La formation des chauffeurs sera également intégrée dans les nouvelles délégations de service public afin d’offrir un service de qualité à tous les usagers concernés.

Avec la mise en place du programme d’actions du schéma directeur étalé sur 20 ans, une hausse de la fréquentation est attendue dès 2020 (+10 à +15% de la fréquentation par rapport à 2015), grâce à l’amélioration de l’offre et de la qualité de service. En 2030, 5,8 millions de voyageurs par an devraient fréquenter le réseau (soit +33% de plus qu’en 2015), ce qui représente 35 000 tonnes de CO2 évitées par an, soit l’équivalent de 71 500 véhicules qui rouleraient 5 kms par jour. A la fois pragmatique et ambitieux, ce schéma directeur propose un programme opérationnel cohérent avec les problématiques actuelles et représente une opportunité de reprendre en main le développement du transport public en Polynésie française pour une amélioration au bénéfice des populations. Le Conseil des ministres a décidé de transmettre ce schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables de l’île de Tahiti, pour avis, au Conseil économique, social et culturel, avant sa transmission à l’Assemblée de la Polynésie française.

Compte Rendu Conseil Des Ministres – Lundi 27 Juin 2016 by Fred Ali

Article précedent

Miss Tahiti: Pas d’élection sans polémiques...

Article suivant

Avis positif du CESC sur la nouvelle loi anti fraudeurs

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Transport collectif : le schéma directeur est prêt