EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Trump aime mettre de l’huile sur le feu – Edito 02/06/2020

Ce qui est en train de se passer aux Etats Unis était pourtant largement prévisible. Outre les précédentes bavures policières contre des blacks qui avaient déjà conduit à des explosions de rage dans les rues, rien n’avait changé, au contraire même. On a beau être régulièrement abreuvé sur les réseaux sociaux de vidéos d’arrestations arbitraires manifestement basées sur la couleur de peau et qui tournent mal, pourtant aux USA on a mené au pouvoir le premier républicain ouvertement raciste à la présidence. Comment vouliez vous que cela s’apaise.

En Amérique ne nous mentons pas, pour devenir flic et porter une arme à sa ceinture nul besoin d’être une flèche. Aussi les quelques éléments futés qui ne seraient pas encore recrutés par le FBI sont ils noyés dans la masse de milliers de bouseux incultes et peureux, surtout peureux. Le péril noir semble les hanter dès qu’ils sont en patrouille et parce qu’ils flippent plus que de raison, ils ont la gâchette facile ou se sentent pousser des ailes quand ils sont en meute avec des collègues. Exactement ce qui s’est produit avec ce pauvre George Floyd qui s’est fait consciencieusement étouffer d’un genou plaqué sur son cou alors même que sur la vidéo devenue virale, distinctement, on pouvait l’entendre dire qu’il n’arrivait plus à respirer.

C’est too much, ça ne peut plus durer, c’est une sorte de guerre civile qui vient d’éclater ou certes aussi des casseurs participent aux protestations, mais où l’on remarque surtout qu’il n’y a pas que les gens de couleurs qui en ont marre. On s’attendrait d’un chef d’état digne de ce nom qu’il fasse acte de contrition, qu’il parle à son peuple avec des mots d’apaisement, Trump n’a pas choisi cette méthode. Il estime au contraire que jeter de l’huile sur le feu fait partie de la solution. Il n’est déjà pas anodin de déployer la garde nationale dans plus d’une vingtaine de grandes villes, et il se dit prêt à envoyer aussi l’armée. Quel effroyable aveu d’échec. Si les flics US craignent le péril noir, le reste du monde lui se rend bien compte que le péril blond délavé incarné par Trump est bien plus grave à court terme. J’ai l’impression de voir se jouer pour de vrai un scénario de série tv dans le genre House of Cards ou tentant le tout pour le tout pour se faire réélire, le Président machiavélique au pouvoir fait en sorte de mener son pays droit dans le mur et de l’enfoncer dans la crise pour jouer sur les peurs afin que le peuple ne prenne pas le risque de le remplacer par un novice au moment où tout s’effondre.

Ce n’est qu’en 2008 que la Chambre des représentants a présenté des excuses pour l’esclavage et la ségrégation raciale envers les noirs, suivi l’année d’après par le Sénat des États-Unis sous la forme d’une résolution symbolique. En 2020 on ne peut plus se contenter des symboles, les choses doivent changer définitivement de gré ou de force. God Bless America.

Article précedent

Nucléaire : le gouvernement central rétablit la rétroactivité du seuil de 1 millisievert

Article suivant

Un élève sur cinq absent le jour de la rentrée, d'après le ministère de l'Éducation

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Trump aime mettre de l’huile sur le feu – Edito 02/06/2020