EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Tsunami : encore une fausse alerte ! – Edito 03/05/2017

Mardi 17h sur les collines de Punaauia je m’apprête à attaquer l’écriture de mon édito quand un son que je n’aime pas se fait entendre. Il s’agissait de la sirène d’alerte aux Tsunamis. Elle est chez moi évocatrice de mauvais souvenirs, je ne vais pas m’étendre. Premier réflexe de mes potes autour de moi « bah c’est le début de mois c’est pas un test ? », malheureusement non hein, les tests se font à midi le premier mercredi de chaque mois. Je finis de le dire qu’un autre pote l’air contrit regarde le lagon et annonce « ah c’est pour ça que le lagon est si calme ». Et là c’est l’angoisse qui monte, le ventre qui se serre, la goutte qui perle sur le front, mais surtout ne rien laisser paraître. Et cette sirène qui n’en finit pas…

Pas question bien entendu de céder à la panique, on sait bien que normalement il y a plusieurs séries de sirènes bien amont de l’arrivée potentielle de la vague, il y a donc encore du temps. Magie de l’hyper connectivité de notre monde et de notre Fenua aussi, dans le doute je préfère demander via un statut sur les réseaux sociaux si ailleurs sur l’île d’autres personnes entendent la même chose dans leur commune. Les réponses pleuvent immédiatement, non. Personne d’autre ne l’entend, à croire qu’elle s’est déclenchée juste pour moi et limite pour me faire passer pour un idiot online. Mais la parano ne tient pas longtemps, c’est l’agacement qui prend le dessus. Cela veut tout simplement dire qu’encore une fois il s’agit d’un déclenchement intempestif isolé. J’ai appelé la gendarmerie et les pompiers qui me l’ont confirmé mais ni les uns ni les autres n’étaient en mesure de m’expliquer le pourquoi du comment si ce n’est de préciser qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

Vous connaissez l’histoire de Pierre et le loup ? A force de laisser ce genre d’incidents se répéter on va finir par banaliser totalement ces alertes et rabaisser dangereusement notre niveau de vigilance. Des camarades m’ont fait rire pour faire redescendre la pression : « t’inquiète pas Alex, c’était le test du test de demain » ; « encore un gros qui a sauté dans sa piscine » ; ou « comme personne ne l’entend le mercredi midi quand les gosses sortent de l’école en hurlant ils ont voulu la déclencher avant », et je vous en passe.

Ok pour le prendre avec le sourire, vu que l’on a déjà connu notre lot de calamité dès ce début d’année. Mais par pitié, même s’il est vrai que le risque zéro que survienne un problème technique n’existe pas, ça fait quand même beaucoup et tellement pas sérieux. C’est un vrai problème à ne surtout pas prendre à la légère et à ce titre les autorités ne manqueront pas je l’espère de faire toute la lumière sur cette fausse alerte, mais cette vraie peur.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 03/05/17

Article suivant

« God bless you », le nouveau titre de Ugo

2 Commentaires

  1. 4 mai 2017 à 14h23 — Répondre

    ca fait des lustres que je le dis »l’histoire de Pierre et le loup » un jour va arrivée, espérons qu’aucun tsunami aura l’idée de débarquer un premier mercredi du mois,parce qu’on est mal ,tout le monde va croire que c’est le test !

  2. matahiapo
    4 mai 2017 à 22h09 — Répondre

    A Papara cela fait 2 mois que le 1er mercredi du mois il n’y a plus d’essai sirène à midi?Alors s’il y a alerte au tsunami que se passera-t-il (POUR RIRE IL FAUT CHANGER LES PILES°OU QUOI HI HI

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Tsunami : encore une fausse alerte ! – Edito 03/05/2017