EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Tu sais ce qu’il te dit le « plan B » ? – Edito 21/02/2018

Nombreux sont ceux qui déplorent régulièrement l’erreur de casting qu’incarne la « romancière » Christine Angot dans l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde de France 2, présentée par Laurent Ruquier. C’est vrai que le triste spectacle d’une réac bobo gauchisante écorchée qui se croit supérieurement intelligente est difficile à digérer, tout comme sa littérature dont j’ai vainement essayé de m’imprégner pour mieux savoir à qui j’avais à faire.

Et voilà donc que samedi soir lors d’un face à face avec le poète Grand Corps Malade elle nous a gratifié d’une analyse insultant l’intelligence collective. Je la cite : « Etre artiste c’est toujours le résultat d’un échec, un plan B », fin de citation. On est en 2018, on est sur le service public national qui paye donc cette chroniqueuse avec l’argent des impôts des français, dont des artistes, pour qu’elle débite de telles inepties nauséabondes.

Quelle est cette nouvelle forme de procès d’intention particulièrement obscène d’une chaîne publique qui se transforme en tribunal mais où le juge n’a aucune légitimité ? Pire même, où l’animateur principal Laurent Ruquier la soutient dans son propos en lui soufflant des mots. Mais dans quel monde vivent-ils dans ce petit microcosme parisien de pistonnés nantis et intrigants ?

Parce que moi Madame voyez-vous être un artiste a toujours été mon plan A, la vision que je me faisais de la réussite que je visais. L’expression artistique a de très nombreuses formes, l’animation et l’écriture en sont parmi d’autres. Mon plan B ça a été au contraire d’être obligé de devenir en plus producteur et chef d’entreprise pour pouvoir me faire une place, quasiment au forceps, quand je le pouvais. Oui, car je m’étais finalement rendu compte que dans le petit milieu de la télé où j’essayais de percer, ce dernier était plus souvent phagocyté par des nullités ambulantes, sans doute la même engeance capable de vous embaucher, qu’il n’était brillamment incarné par des jeunes loups bienveillants et pleins d’idées. Des parvenus qui passés maître dans l’art de se faire du réseau, la bave aux lèvres de leurs ambitions dont ils n’avaient pourtant pas la carrure, et ne voulant surtout pas faire de vagues, préféraient faire des difficultés à ce qu’un talent d’artiste que le public reconnaissait, ne puisse s’exprimer aussi légitimement qu’il l’aurait dû. Oh, pauvre petit Alexandre. Non, pour surfer sur l’édito d’hier, ce n’est pas péter plus haut que son derrière, c’est juste à un moment donné savoir ce que l’on vaut par rapport à ceux qui y oeuvrent et déplorer de ne pas avoir la chance d’y exprimer son art. En attendant, vive la radio.

Alors voyez-vous Madame Angot, vous m’avez gonflé à bloc. Je vais aller au bout de la logique de mon plan B, et faire de mon mieux pour qu’un jour je puisse permettre à ces artistes mal-aimés de vivre pleinement leur plan A en gardant la tête haute de ne pas être médecin ou avocat … et tirer la chasse cathodique sur des gens comme vous.

Article précedent

OFC Champions League : L’AS Vénus à Auckland avec détermination et confiance

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 22/02/2018

2 Commentaires

  1. Chaval
    23 février 2018 à 5h37 — Répondre

    Bravo Mr Taliercio, cette femme est aigrie, n’a aucune empathie pour qui que ce soit, agressive et persuadée de détenir la vérité elle en devient imbuvable et je dirais même mauvaise.
    D’ailleurs elle peut s’exprimer dans une émission dirigée par Ruquier, qui est un homme de talent auteur de pièces de théâtre de qualité, mais qui a bien compris qu’avec cette « femme » il fait de l’audimat alors pourquoi s’en priver. Mais hélas elle ne lira jamais votre édito Mr Taliercio et c’est bien dommage.

  2. Michel bouteiller
    23 février 2018 à 6h41 — Répondre

    Le mieux, c’est de ne plus regarder la télé!

Laisser un commentaire

PARTAGER

Tu sais ce qu’il te dit le « plan B » ? – Edito 21/02/2018