INTERNATIONAL

Un an après le 13 novembre, des commémorations sobres pour les victimes

Paris (AFP) – Une minute de silence vendredi soir au Stade de France ouvrira un week-end d’hommage aux victimes des attaques jihadistes du 13 novembre, que les associations ont souhaité sobre, un an après les pires attentats perpétrés en France.

Vendredi soir, le stade de Saint-Denis se taira soixante secondes en ouverture du match France-Suède de qualification pour le Mondial-2018, en mémoire des 130 morts du 13 novembre. 

Selon son entourage, François Hollande assistera au match et « dira un mot » avant la rencontre, sur laquelle planera l’ombre de la tuerie revendiquée par l’organisation Etat islamique (EI), qui a profondément atteint la société française, de la politique à la vie quotidienne.

Deux jours plus tard, c’est de nouveau devant le Stade de France que débutera une journée de commémorations. Devant la porte D, le Portugais Manuel Dias, 63 ans, qui accompagnait un groupe de supporters, avait trouvé la mort, première victime de ces commandos. 

Au fil de la matinée, François Hollande, la maire de Paris Anne Hidalgo et le maire de Saint-Denis Didier Paillard se rendront sur chacun des lieux touchés par les attentats. Ils dévoileront six plaques en hommage « aux vies fauchées en ces lieux », avec les noms des victimes dont les familles ont donné leur accord.

« Il y a un vrai souhait de sobriété. C’est le moment des victimes, l’Etat doit les soutenir », a expliqué à l’AFP la secrétaire d’Etat à l’aide aux victimes Juliette Méadel. A six mois de la présidentielle, elle veut éviter toute accusation de « récupération politique ».

Puis les officiels se rendront devant les cafés et restaurants le Carillon, le Petit Cambodge, la Bonne Bière, le Comptoir Voltaire et la Belle équipe, en mémoire des 39 personnes tuées sur ces terrasses des Xe et XIe arrondissements. Le parcours se conclura devant la salle de spectacles du Bataclan: un commando y avait fait irruption en plein concert du groupe de rock américain Eagles of Death Metal, assassinant 90 personnes.

– ‘Pas politico-politique’ –

Le Bataclan rouvrira ses portes samedi avec un concert de Sting, juste avant la journée d’hommage dimanche durant laquelle la salle restera fermée. 

Cette réouverture montre que « les terroristes n’ont pas gagné » et « qu’on est plus fort qu’eux », a déclaré vendredi à l’AFP le journaliste du Monde Daniel Psenny, qui avait reçu une balle dans le bras en portant assistance à un Américain blessé au Bataclan.

Des victimes et survivants de l’attaque, dont des membres d’Eagles of Death Metal, devraient assister à la cérémonie dimanche devant la salle de concerts, entièrement refaite.

Un peu plus tard, à 12H30, un rassemblement public est prévu devant la mairie du XIe arrondissement, à l’issue duquel seront lâchés des ballons, selon l’association Life for Paris.

L’après-midi, les victimes sont invitées à une « table ronde » se déroulant dans « un lieu plus intime », en présence notamment de Françoise Rudetzki, la fondatrice de SOS Attentats, et du psychiatre et psychanalyste Boris Cyrulnik.

Cette fois-ci « c’était important pour nous que ce ne soit pas politico-politique. Pour les victimes, c’est leur jour de deuil, leur jour de rassemblement », insiste Caroline Langlade, de Life for Paris.

L’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, présidera pour sa part à 18H30 à la cathédrale Notre-Dame une messe en hommage aux victimes.

Dimanche soir, des lanternes, « symboles d’espoir et de vie », doivent être déposées sur le canal Saint-Martin, tout près de plusieurs des terrasses attaquées. L’association de victimes « 13 novembre : fraternité et vérité » appelle aussi les Français à participer en mettant une bougie à leurs fenêtres.

Les commémorations font également ressurgir le souvenir de l’assaut du Raid mené le 18 novembre 2015 contre un appartement de Saint-Denis, au cours duquel avait péri Abdelhamid Abaaoud, considéré comme l’un des coordinateurs des attaques.

Estimant être « les grands oubliés des attentats », d’anciens habitants de l’immeuble ont fait savoir vendredi qu’ils allaient saisir le fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme pour être indemnisés.

Concernant l’aide aux victimes, la France organisera les 9 et 10 janvier prochains à Paris une conférence internationale, a annoncé la secrétaire d’Etat à l’Aide aux victimes dans un entretien sur le site du Figaro. Ce rendez-vous se tiendra deux ans après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher.

Drapeaux, fleurs et bougies en hommage aux victimes le 31 décembre 2016 devant le Bataclan à Paris. © AFP

© AFP/Archives MATTHIEU ALEXANDRE
Drapeaux, fleurs et bougies en hommage aux victimes le 31 décembre 2016 devant le Bataclan à Paris

aa7c2591ee0aed07fbeea00278bdd927881432db
Article précedent

Hollande et Trump affirment leur "volonté de travailler en commun"

0ebef0822ca1436a3c96afc010c05b1ba6504256
Article suivant

Trump prépare son gouvernement, premiers contacts à l'international

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Un an après le 13 novembre, des commémorations sobres pour les victimes