ACTUS LOCALESFAITS DIVERS

Un atelier clandestin de komo démantelé à Papeete

Perrault Komo

Les policiers de la DSP ont mis la main, mercredi, sur une importante production de komo. Le fabricant, un père de famille du quartier Bernardino, avait déjà été interpellé deux ans auparavant pour les mêmes faits. Il a reconnu avoir écoulé près de 200 litres de cet alcool illégal ces deux derniers mois.

C’est à la suite de la bagarre qui a éclaté vendredi dernier devant de restaurant Mc Donald de Papeete que les officiers de la Direction de la sécurité publique (DSP) ont remonté la piste du producteur clandestin. Ils se sont en effet aperçu que les protagonistes de cette rixe s’étaient fortement alcoolisés au komo, un alcool illégal d’une quarantaine de degrés, fabriqué clandestinement chez des particuliers. Après enquête, les policiers ont identifié l’identité du producteur. Il s’agissait d’un père de famille d’une trentaine d’année, déjà interpellé pour des faits similaires il y a deux ans. Ce dernier a reconnu qu’il avait écoulé pas moins de 200 litres de komo au cours des deux derniers mois. Il comparaîtra devant le tribunal correctionnel en avril prochain pour « travail clandestin » et « production illégale d’alcool ». A travers cette affaire, la DSP a souhaité rappeler la dangerosité du komo, qui contient du méthanol. Un solvant extrêmement nocif pour l’organisme, en particulier pour les yeux et le cerveau, comme l’explique le commissaire divisionnaire de la DSP, François Perrault.

Le commissaire Perrault précise que la lutte contre les producteurs de komo est une des priorités de la DSP. Les forces de Police sont d’ailleurs actuellement sur la piste d’un revendeur qui sévirait dans les rues de la capitale.

Article précedent

Elle enferme son bébé dans la voiture au soleil

Article suivant

Les Tiki Toa en finale à Dubaï !

1 Commentaire

  1. simone grand
    7 novembre 2015 à 13h02 — Répondre

    En pa’umotu, komo = eau et puaka = cochon
    car la consommation de ce breuvage dont la recette a été donnée par des Popa’a, transforme les humains en porcs.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Un atelier clandestin de komo démantelé à Papeete