ACTUS LOCALESJUSTICE

Un éléphant ca trompe énormément

43 ans, 31 condamnations, neuf années au total passées derrière les barreaux, voici le triste bilan de Steven T., voleur au long cours qui, dans la nuit du 23 au 24 décembre, s’est introduit chez des particuliers pour leur dérober des biens. Il a été condamné à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis.

 Un éléphant ça trompe et Steven, si l’on en croit, s’est laissé berner par Dumbo. Du moins c’est ce qu’il prétend à la barre, malgré le scepticisme du juge et de ses assesseurs qui  jugent son histoire « rocambolesque ». La voici telle qu’il l’a racontée lors de sa déposition et maintenue à la barre.

« Dumbo », un gars qu’il connaît depuis une semaine lui fait miroiter qu’il lui refilera de l’herbe et de l’ice, s’il va récupérer en douce des affaires qui lui appartiennent dans le domicile familial. Un domicile qui n’a rien de familial, vu qu’il est occupé par un couple et un enfant en bas âge qui n’ont aucun lien de parenté avec le Dumbo en question.

Steven s’introduit dans l’habitation en escaladant la clôture puis pénètre dans la chambre où dort le couple ainsi que l’enfant. Il est deux heures 30 du matin. Il s’empare d’un ordinateur portable, de deux téléphones, puis en repartant par le salon, il remarque une enceinte portable et une montre qui lui tapent à l’œil. Il les met aussi dans son sac à dos.

C’est alors que le locataire qui dormait se réveille en entendant du bruit. Il se précipite dans le salon et là Steven prend la fuite par la baie vitrée. Dehors, il jette le sac contenant les objets par-dessus la clôture tout en hurlant « partez ». S’ensuit alors une empoignade où le locataire des lieux rejoint par sa vahine, tentent tous deux de retenir l’indélicat tout en prévenant les gendarmes. Ce qu’ils arrivent à faire, tant bien que mal. Arrêté par les gendarmes, Steven dans un premier temps emprunte le nom de son frère au moment de décliner son identité. Vu le nombre de condamnations à son casier, on comprend pourquoi. De plus il apparait dans un dossier en cours d’instruction comme étant mêlé à un trafic d’ice.

Trente et une condamnations à son casier

« Cela ne t’as pas paru bizarre qu’on te demande de récupérer des affaires en escaladant une clôture,  ou tu es juste un grand naif ? » l’interroge le juge Fragnoli, qui poursuit, «Tu essaies de nous dire que tu es une victime dans cette histoire ? » « oui » répond Steven.

« Cela fait combien de temps que tu connais Dumbo ? » « Une semaine. J’ai demandé aux gendarmes de me laisser pour que j’aille le chercher, mais ils ne m’ont pas fait confiance. », assure t-il. « On finira par le retrouver, on a sa description, déclare non sans ironie le juge, Un grand tahitien avec un scooter. Ah, il n’a pas de tatouage ».

S’agissant de son casier judicaire, quatre pages, 31 condamnations, la plupart pour vol, un peu de stup et un peu de violences. « Cela va s’arrêter quand ? » « Quand j’aurais un travail. » « Tu as quel âge ? » « 43 ans. » « Et tu as passé combien de temps en prison ? » « Neuf ans. » « C’est beaucoup. »

Une enfance pas très rose

Á sa décharge, Steven n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Issue d’une famille de 12 frères et sœurs, il a arrêté sa scolarité en CM2, où son père qui le battait l’a mis à la porte. Puis il a erré de foyer en foyer pour finir à la rue. Il est père de cinq enfants, tous avec des femmes différentes et à l’heure actuelle, sans emploi, il vit avec une jeune fille de 17 ans. Sa mère et son frère subviennent de temps à autres à ses besoins. Un frère qui lui a récemment trouvé un travail pour le courant du mois de janvier.

Appelé à la barre, le couple visiblement sous le choc a confirmé les faits. Steven s’est déclaré désolé ce qui a eu pour effet de faire bondir la jeune mère de famille. « Et quand tu nous a vu dormir avec le bébé, tu étais désolé. Et quand tu m’as frappée, tu étais désolé ? ». Le ton monte entre les deux parties et le juge met un terme à la discussion.

Trois ans de prison requis

Pour le procureur de la République, pointant du doigt le casier du prévenu, « 31 condamnations. Quant à 43 ans, on n’a pas compris qu’il faut s’arrêter, c’est qu’il n’y a plus d’espoir. (…) Certains délinquants se rangent avec l’âge, Steven, non ! Je réclame trois ans de prison dont un an de sursis et son maintien en détention. »

Quant à son avocate, celle-ci a évoqué l’enfance de l’accusé. « C’est un dossier typique des conséquences des errances éducatives. Il s’est débrouillé seul très jeune et s’est adonné aux stupéfiants. (…) Il doit être sanctionné pour ce qu’il a fait, mais comme il doit avoir un emploi avec un contrat de travail, une peine aménagée serait bien. »

Un vœu pieux que n’a pas exaucé le tribunal puisque Steven a été condamné à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis et mise à l’épreuve avec son maintien en détention. Il écopera en plus d’une peine de six mois ferme pour avoir usurpé l’identité de son frère. Quant au couple, il a obtenu  400 000 Fcfp au titre de préjudice moral.

Article précedent

Mata Atea, les élections comme principal champ de bataille

Article suivant

Les champions de Taekwondo reçus à la présidence

4 Commentaires

  1. TAINA COLOMBANI
    27 décembre 2019 à 12h54 — Répondre

    Je pleure de l’âme meurtri de ce délinquant. Comment voulez vous qu’il soit désolé lorsque personne dans la société n’a été désolé des grâves maltraitances qu’il a vécues. Un homme totalement brisé dans son coeur et son intégrité comment pouvait il être désolé d’un vol dans une famille aimante normale, quelle « normalité » a fait grandir son coeur ? Oh mon cher Victor Hugo, comme mon père était décédé lorsque j’étais bébé, je t’ai pris en affection à travers tes écris pour me dicter. Ton empathie pour l’humanité m’a sauvée juste parce que j’avais une mère qui aimait les livres. Et lui qu’avait-il pour être sauvé. J’ai mal mon cher Victor Hugo, je me souviens de ton livre  » le dernier jour d’un condamné », tu y dévoile le coeur de cet homme, pour décrire l’horreur de la condamnation à mort et la contradiction de cette cruelle société sencé lui montrer le chemin de l’amour, oh mon cher Victor Hugo comme j’ai mal de ces faits divers quotidiens…

  2. Demont Nathalie
    27 décembre 2019 à 13h07 — Répondre

    31 condamnations!!! Que 18 mois ferme. Je comprends pourquoi il recommence…

  3. Microstring
    28 décembre 2019 à 9h14 — Répondre

    Il y a plein de gens comme lui qui traînent en ville et sont prêt à agresser les promeneurs pour les voler, quitte à leur casser la gueule s’il le faut. Et pour comble, pas un seul flic en vue sur le front de mer après 17H00…

  4. Patrick
    31 décembre 2019 à 7h52 — Répondre

    Et personne n’a toujours pas compris que la prison n’est pas une solution pour réinsérer cet homme. La preuve !!!

Répondre à Microstring Annuler la réponse.

PARTAGER

Un éléphant ca trompe énormément