INTERNATIONAL

Un élève de 10 ans poignarde un camarade sur fond de racket près de Lyon

Lyon (AFP) – Un écolier de 10 ans a grièvement blessé au couteau un camarade de 12 ans qui aurait tenté de le racketter mercredi matin devant une école du quartier sensible des Minguettes à Vénissieux, près de Lyon. 

Initialement engagé, le pronostic vital de la victime, soignée à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron (Métropole de Lyon), ne l’était plus dans l’après-midi, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Les faits se sont déroulés vers 08H30 à l’entrée du groupe scolaire Anatole-France, lorsqu’une altercation a éclaté entre deux élèves d’une même classe de CM2 de l’établissement.

Selon une source policière, la victime a menacé « un écolier de 10 ans qu’il tentait de racketter » et qui s’est alors « défendu ».

Le racketteur présumé a reçu un coup de « couteau de cuisine basique » dans le ventre « sous les yeux de ses camarades », a précisé Michèle Picard, la maire communiste de Vénissieux, contactée par l’AFP.

Transportée dans l’enceinte de l’établissement, « la victime a été immédiatement prise en charge par une équipe du Samu et les pompiers, puis transférée à l’hôpital.

« Ces deux élèves n’étaient pas spécialement connus pour des faits de violences ou de racket. Ils ont réglé les choses entre eux et la seule réponse a été la violence. Ca veut dire que la collectivité a échoué et cela me met en colère », a ajouté l’édile qui a interpellé dans une lettre la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, pour réclamer des mesures collectives de prévention. 

La maire s’est également rendue sur place pour « rencontrer l’équipe éducative » et « discuter avec quelques parents présents », peu après les faits.

L’école était fermée mercredi après-midi et ses abords déserts, a constaté un journaliste de l’AFP. Seul élément notable, un groupe de quatre militaires avec une voiture estampillée « Vigipirate », positionné devant une des entrées de l’établissement.

– Retenue judiciaire –

L’auteur des coups était entendu à la Brigade de protection des familles à Lyon dans le cadre d’une enquête de flagrance pour « tentative d’homicide », selon une source bien informée. Il a été placé « en retenue judiciaire » et non en garde à vue « parce qu’il a moins de 13 ans ». Cette procédure peut durer douze heures, prolongeable une fois.

L’inspecteur académique du Rhône s’est rendu sur place en matinée et une cellule psychologique a été immédiatement ouverte jusqu’à la fin des cours de mercredi, a indiqué pour sa part un porte-parole du rectorat de Lyon. Elle sera remise en place jeudi.  

« Ce drame illustre l’état de notre société, son délitement, ses manques de repères qui conduisent à la violence. Nous sommes de plus en plus confrontés à un climat dégradé qui rejaillit dans nos écoles », a poursuivi Mme Picard, dans un communiqué.

Le groupe scolaire Anatole France accueille 247 élèves de la maternelle au CM2.

L'entrée du groupe scolaire Anatole France, fermé après l'incident, mercredi après-midi. © AFP

© AFP ROMAIN LAFABREGUE
L’entrée du groupe scolaire Anatole France, fermé après l’incident, mercredi après-midi

Article précedent

Pistorius sur ses moignons tente d'éviter 15 ans de prison

Article suivant

RÉPONDEUR DE 06:30 LE 15/06/2016

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Un élève de 10 ans poignarde un camarade sur fond de racket près de Lyon