ACTUS LOCALESFAITS DIVERS

Un élève frappe une professeure au lycée de Taravao

Une professeure de sciences physiques a été frappée lundi 3 décembre au lycée de Taravao par un élève de seconde à qui elle tentait de confisquer son téléphone portable.

Un conseil de discipline s’est tenu vendredi matin au lycée de Taravao après l’agression d’une professeure par un élève. Selon nos informations, une professeure de sciences physiques a été frappée par un élève de seconde lundi 3 décembre dernier, alors qu’elle tentait de lui confisquer son téléphone portable en classe. L’enseignante a eu la lèvre ouverte après cette agression. Une plainte a été déposée à la gendarmerie.

Le conseil de discipline, réuni vendredi, a proposé pour l’heure l’exclusion temporaire de l’élève durant 15 jours.

Article précedent

Chantal Galenon propose d’interdire les téléphones portables en classe

Article suivant

En Polynésie aucune raison d'être "gilet jaune". Vraiment ??... - EDITO 14/12/2018

20 Commentaires

  1. moana
    14 décembre 2018 à 10h56 — Répondre

    est-ce qu’une exclusion temporaire est la solution ????çà lui fera 6 semaines vacances de en plus des 4 semaines…..déjà on a un taux d’absenteïsme important en polynésie …

  2. Maraamu
    14 décembre 2018 à 11h26 — Répondre

    L’élève ne devrait pas être exclu, mais devrait faire ses excuses au professeur et ne plus avoir de smartphone pendant le reste de l’année scolaire. Les parents de cet élève devrait lui supprimer son forfait.
    Et je pense que l’établissement scolaire devrait tout simplement interdire aux élèves d’avoir un téléphone portable et appeler ce règlement du nom de l’élève qui a frappé la prof. Tout contrevenant aura son « téléphone » confisqué pour le reste du trimestre. S’il y a récidive ça sera pour toute l’année voire toute la scolarité de l’élève dans l’établissement.
    On peut tolérer que les élèves apportent leur smartphone s’ils l’éteignent lorsqu’ils sont dans l’établissement. Mais ils faut leur apprendre que l’usage du téléphone mobile n’est pas tolérer.

  3. Mina
    14 décembre 2018 à 12h02 — Répondre

    exclusion temporaire ?!! C’est une exclusion définitive qu’il faut pour ce genre de délinquant !!!! comment peut-on être aussi laxiste sur ça ?!!!! Il n’y a pas de place pour les voyous dans les établissements scolaire !!! je suis révoltée qu’un tel acte sois sanctionné si légèrement !! ce genre de gosse il faut le punir pour le restant de ces jours !!!!

  4. Hatitio
    14 décembre 2018 à 13h57 — Répondre

    Je comprend tout à fait que certains soit révolté car l’élève mériterait certainement une punition plus sévère, mais je pense notamment qu’exclure se lycéen n’est pas non plus la meilleur des solutions puisque comme l’on décris certains , cela ne ferais qu’augmenter le nombres de jeunes qui ne vont plus à l’école. Il serait donc préférable , à mon avis de lui faire faire des TIG et par la même occasion lui confisquer pendant toute l’année scolaire son smartphone. Laisser un jeune de côter alors qu’il est dans la période où il peut apprendre le plus de chose n’est jamais la bonne solution. Au contraire c’est le moment où il a le plus besoin d’être encadré.

  5. Naiki Brow
    14 décembre 2018 à 14h24 — Répondre

    C’est pas la faute du téléphone les gars
    C’est la faute de l’élève ne ramené pas sur les téléphones alalala

  6. thalia
    14 décembre 2018 à 17h08 — Répondre

    faire comme à l’époque de nos grands parents: le balai niau

    • Vini
      16 décembre 2018 à 9h24 — Répondre

      Oui c’est une pratique en perdition. Tout acte physique malveillant doit appeler son équivalent : le balai Niau qui fait danser…

  7. Teko
    14 décembre 2018 à 20h14 — Répondre

    Inadmissible ! Comment le conseil de discipline et le directeur ont pu prendre une pareille décision. Ce sont eux les garants de l’ordre dans l’école, ils ont manqué à leur devoir. Il faut aussi réfléchir au message qui est envoyé aux élèves… Vous pouvez frapper un prof. cela ne vous vaudra que 15 jours d’exclusion !

  8. Rose
    15 décembre 2018 à 0h04 — Répondre

    Ouvrir une structure pour ce genre d’enfants comme une Prison où on leur donnera l’envie de ne plus recommencer. Pas une vraie Prison mais quelque chose où il y a respect,leçon de vie sinon et bien un coup de pied au cul non mais c’est quoi ces gosses

  9. XHAARD
    15 décembre 2018 à 7h13 — Répondre

    HONTE au proviseur , au conseil de discipline !! Comment peut on laisser revenir cet élève dans le même lycée après son exclusion ??!! il doit être admis dans un autre établissement .. (pourquoi pas l’éloigner en le scolarisant au lycée de UTUROA ? en internat !)
    une fois de plus … laxisme de la part des (presque tous) chefs d’établissements ! on « étouffe l’affaire » .. pas de vagues ! il ne faut pas montrer au Rectorat qu’il y a des problèmes ! c’est pas bon pour leur avancement et leur carrière. En attendant ; ce sont les enseignants ( les « hussards de la République ») qui sont en première ligne et (TRÈS SOUVENT !!) pas soutenus par leur hiérarchie ! PIRE , certains profs sont parfois « stigmatisés » par leur proviseur ..( c’est parfois vrai aussi.. certains collègues ne savent pas gérer leur classes …)
    Patrick ( 40 ans prof !)

  10. Hina
    15 décembre 2018 à 7h37 — Répondre

    On parle d’une agression physique dans l’ecole, d’une agression physique d’un élève sur un professeur, d’une agression d’un jeune homme sur une femme. Ce n’est pas rien !!
    Quelle morale les élèves vont ils retenir de cet agression?
    « 2 semaines de suspension pour cogner un prof? Oklm »
    « Et si je cogne une élève se sera moins de 2 semaines vu que c’est pas une prof? Oklm ».
    Il semblerait que certains d’entre vous trouvent ça presque normal pour tolérer l’agissement et sa conséquence…se faire agresser, se faire agresser à l’école , se faire agresser sur son lieu de travail par un élève = normal quoi?
    Il veut jouer à l’adulte ? Alors qu’il assume et qu’on lui donne une sanction à la hauteur d’une agression physique et la séquelle psychologique laissée à une victime. Minimum 6 mois de travaux d’intérêts généraux avec un t-shirt « j’ai agresser mon professeur-je purge ma peine » qu’il devra porter. Voilà un message que les élèves pourront retenir:
    « On assume les conséquences de nos actes »

    • Vini
      16 décembre 2018 à 9h07 — Répondre

      Tout à fait d’accord, l’important est la leçon. ..
      Il faut E-DU-QUER ce gamin, lui faire comprendre la portée de son acte
      Tout acte anti-social entraîne une sanction pour ne plus recommencer.
      Lui inculquer la honte d’un manque de respect à un prof . Son acte ne doit pas lui conférer un statut de caïd vis à vis de ses camarades.

  11. franck
    15 décembre 2018 à 8h20 — Répondre

    le professeur n’avait pas a confisquer le telephone de cet élève… et tous les autres alors???

    • COROSOL
      15 décembre 2018 à 14h31 — Répondre

      L’élève n’a rien à faire en classe avec un téléphone. Il n’a besoin ni de jouer, ni d’envoyer des messages à ses copains, ni de regarder une vidéo. Il est en classe pour écouter, s’instruire et travailler

  12. simone grand
    15 décembre 2018 à 8h25 — Répondre

    Que signifie : « elle tentait de lui confisquer? » Essayait-elle de le lui arracher des mains par un contact physique brutal?

    • Vini
      16 décembre 2018 à 9h09 — Répondre

      Haha on va quand même pas commencer à lui chercher des excuses! Son acte est inacceptable!

  13. Vahina
    15 décembre 2018 à 10h51 — Répondre

    C’est le proviseur qui n’est pas à la hauteur de sa fonction ! Qu’il soit lui aussi sanctionné pour ses manquements et le manque d’égards qu’il a pour notre jeunesse. Respecter les élèves Polynésiens c’est être juste et savoir punir quand il le faut.
    Comment peut on recruter de telles personnes pour s’occuper de nos enfants ?

  14. Laborie
    16 décembre 2018 à 8h53 — Répondre

    Hey vahina tu fais honte à mon prénom !!! … quelle que soit son origine …. C’est de plus en plus honteux pour nous polynesiens … le respect n’ est apparemment plus un critère d’éducation dans nos familles … honte à lui et à sa famille … le Vinci est utile mais par respect au cours et au travail du professeur qui va me transmettre son enseignement, j’etteinds mon portable … on me demande de le faire j’obtempere … cest simple et cela ne fait pas plus d’histoire … mais on m’a aussi appris à présenter mes excuses et à dire merci pour le cours dispensé ! … à bon entendeur !! .sanction préférable en inclusion avec tif pour six mois et porter le tee-shirt le qualifiant de délinquant …. oui ! ça sera formateur .le coups de pied au cil qu’il n’a jamais reçu ou qu’il avait mal reçu au par avant.

  15. Vini
    16 décembre 2018 à 9h20 — Répondre

    Il faut rétablir le statut de professeur en tant qu’institution, son image de transmetteur de savoir (l’éducation des valeurs se fait à la maIron par les parents).
    Pour cela il faut que le poste de professeur redevienne une vocation, non plus un simple emploi, que les abus des profs soient signalés et sanctionnés par voie hiérarchique, que les parents transmettent les valeurs de respect au prof. Le balai Niau sur les jambes à une certaine efficacité éducative. …Il faut arrêter avec l’enfant -roi. Il y a un juste milieu entre la maltraitance et l’enfant-roi.

  16. Tereva
    16 décembre 2018 à 10h43 — Répondre

    Voilà où la législation française nous mène.À notre époque nos parents savaient mettre de l’ordre Taparahei et po ara et là l’élève comprendra très vite et il n’y aura pas de récidive lol

Répondre à Naiki Brow Annuler la réponse.

PARTAGER

Un élève frappe une professeure au lycée de Taravao