ACTUS LOCALESJUSTICE

Un fonctionnaire de la présidence et une enseignante se font livrer de l’Ice par la poste

Un fonctionnaire territorial en poste dans un des services rattachés à la présidence et une enseignante ont été interpellés cette semaine et seront jugés lundi en comparution immédiate pour s’être fait livrer à Tahiti quatre colis postaux contenant chacun une trentaine de gramme d’Ice. De la drogue achetée auprès d’un fournisseur canadien sur le darknet.

Lundi dernier, nos confrères de La Dépêche révélaient que trois personnes avaient été interpellées et placés en retenue douanière, puis en garde à vue à la Section de recherche de la gendarmerie, pour avoir tenté d’importer une soixantaine de gramme d’Ice au fenua par la Poste. L’un des suspects a été remis en liberté. Il ne servait que de boite aux lettres pour ce trafic. Les deux autres suspects, un homme et une femme, ont en revanche été déférés au parquet vendredi. Et on en sait aujourd’hui davantage sur leur trafic. En une semaine, le couple s’est fait livrer pas moins de quatre colis postaux contenant une trentaine de grammes d’Ice chacun, dissimulés notamment dans des articles de maroquinerie. Des commandes passées auprès d’un fournisseur au Canada sur le « darknet », l’Internet alternatif non-régulé qui permet de surfer anonymement et sans traçabilité. Mais c’est surtout la situation des deux suspects qui interpelle. L’homme est un fonctionnaire territorial de la présidence déjà bien connu de la justice, puisque condamné à plusieurs reprises à des peines de prison ferme et de sursis pour « violences conjugales ». La femme est une enseignante sans casier judiciaire. Tous deux justifient en commun de 800 000 Fcfp de revenus mensuels !… Les deux suspects doivent être jugés lundi en comparution immédiate. Dans l’attente de leur procès, ils ont été placés en détention provisoire à Nuutania.

Article précedent

Les candidats de Fritch obtiennent l’investiture Les Républicains

Article suivant

En Ukraine, des combattants loin de vouloir déposer les armes

15 Commentaires

  1. 10 février 2017 à 18h19 — Répondre

    L’homme est un fonctionnaire territorial de la présidence déjà bien connu de la justice, puisque condamné à plusieurs reprises à des peines de prison ferme et de sursis pour « violences conjugales »Comment ce fait il que cette personne travaille pour la présidence avec un tel casier judiciaire? Vraiment on aura tout vu dans ce pays !

  2. Mimi
    10 février 2017 à 21h23 — Répondre

    ce n’est certainement pas le seul ripoux a la présidence

  3. Fab
    10 février 2017 à 22h27 — Répondre

    Énorme! Franchement j’espère qu’ils vont prendre grave ces deux a…….
    Dis on peut commander du Paka aussi et se le faire livrer en DHL? 😏

  4. Hotu
    10 février 2017 à 23h59 — Répondre

    Une enseignante….pffff…et un pourri a la presidence….et encore ca c est choppe…y en a encore plein derriere….

  5. Tiare
    11 février 2017 à 4h53 — Répondre

    Entre fonctionnaires ripoux, ministres ripoux c’est un peu gros pour un gouvernement qui se targue de faire la chasse aux ripoux et aux fraudeurs.Il devrait nettoyer au sein de sa propre maison d’abord et donner l’exemple, mais comme c’est loin d’être le cas…Bien obligés de faire avec.On ne peut que les subir.

  6. Hina
    11 février 2017 à 7h27 — Répondre

    Simplement outrée de lire cet article

  7. Hirinake
    11 février 2017 à 11h13 — Répondre

    Et le President qui commet une enieme bourde, en allant voir Urvoas pour donner des instructions pour que l’Etat et le Pays trouvent des solutions pour endiguer la delinquane montante ha ha ha la bonne blague, c’est a la Presidence deja qu’il faut nettoyer !!! Open Bar de l’Ice et si vous etes en recherche de sensations fortes le Trafiquant en Chef il peut meme vous coller des baffes c’est sa spacialite !!! MDR

  8. MATA
    11 février 2017 à 13h11 — Répondre

    Comme quoi…on s’est s’entouré dans ce gouvernement. Si le profil type lors du recrutement du personnel doit se conformer à l’image de la gouvernance…y était-on? Ne pas globaliser mais quand même…allez continuons à brouter notre herbe.

  9. tam
    12 février 2017 à 10h59 — Répondre

    Eh oui, après certains élus, ce sont des fonctionnaires qui montrent l’exemple à notre jeunesse!
    Et on s’étonne une nouvelle fois du pourquoi de leur dérive!!!!.on y a cru à ce gouvernement et malheureusement on n’y crois plus.

  10. Teiva 33
    12 février 2017 à 20h17 — Répondre

    Et les fille calmez vous, ce gars a été réintégré dans l’administration, non pas par Edouard, mais par son prédécesseur… Alors ne parlez pas sans savoir !!! Ce con avait tapé sur sa femme enceinte à l’époque et quand son père (le papa de ce connard) est intervenu, il a frappé son papa aussi !!!
    Mais bon, je ne comprends pas non plus comment il a pu réintégrer l’administration avec un tel casier ??? Il était fonctionnaire territorial avant de faire ces conneries !!! Mais ça ne lui a pas servi de leçon !!! Pauvre type !!!

  11. 13 février 2017 à 12h17 — Répondre

    On peut avoir les noms ? Quelle loi vous empêche de citer les noms de ces personnes, Radio1 ? Et journalistes en général…

    • 13 février 2017 à 17h22 — Répondre

      Bonjour, aucune loi ne l’empêche. Vous sauriez d’ailleurs en lisant Radio 1 que nous donnons systématiquement les noms des personnes condamnées ou mises en examen lorsque nous les avons et lorsque cette information présente un réel intérêt médiatique (personne publique, lourde condamnation, etc…). Nous n’avions pas les noms de ces deux personnes lors de leur placement en garde à vue la semaine dernière. Ils sont passés en audience publique aujourd’hui et vue la lourdeur des condamnations prononcées (4 ans de prison ferme) leur identité figure dans le compte-rendu d’audience.

  12. Tiare
    13 février 2017 à 14h54 — Répondre

    Sûrement un ancien GIP, puisqu’ils sont tous fonctionnaires territoriaux recrutés sous la gouvernance Flosse -Fritch, pour leurs musclettes et un poids chiche dans le crâne.

  13. Tiare
    13 février 2017 à 17h29 — Répondre

    pois « POIS »,vous l’aurez corrigé par vous-même.Merci

  14. Tau
    14 février 2017 à 21h45 — Répondre

    Comme si c’était pas assez pourrie la Polynésie avec tout ce qui ce passe. Enseignante, tu vas enseigner a tes enfants comment faire pour se faire du fric sur la santé des autres? Et apprendre a tes élèves comment voler pour se payer ta dope? Connasse…4ans c’est pas assez perpet, qu’elle serve d’exemple et dire qu’on met entre leurs mains l’avenir de nos bébés. Et l’avenir du fenua entre les mains de fonctionnaire aussi pourrie.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Un fonctionnaire de la présidence et une enseignante se font livrer de l’Ice par la poste