ACTUS LOCALESEDUCATIONSOCIÉTÉ

Un séminaire à Paris pour écrire l’histoire des essais nucléaires

Répondant à une commande du gouvernement, un projet de recherche a été mis en place par la Maison des sciences de l’Homme du Pacifique (UPF) et du Crésat (Université de Haute-Alsace) pour écrire une histoire des essais nucléaires en Polynésie française. Un séminaire sur plusieurs mois, qu’il sera possible de suivre en visio-conférence, est organisé à la Délégation de Polynésie française à Paris. Une première séance aura lieu jeudi 26 septembre.

 Un séminaire intitulé « Pour une histoire transnationale des installations et des essais nucléaires » est organisé par les responsables du programme de recherche « Histoire et mémoire des essais nucléaires en Polynésie française ». Un projet en lien avec la création du futur Centre de mémoire à Papeete.

La Polynésie française a sollicité la Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique (MSHP) pour contribuer à la conservation de la mémoire des contemporains du CEP et à la mise en lumière des enjeux historiques de cette période. La MSHP a retenu la double proposition formulée par le Centre de recherches sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (Université de Haute-Alsace) : écrire l’histoire des essais nucléaires en Polynésie française et mener des enquêtes de terrain pour enregistrer la mémoire orale des acteurs du CEP, qu’il s’agisse des vétérans polynésiens ou métropolitains, ou des populations civiles concernées par leurs fonctions ou leurs lieux de résidence.

Le Crésat, créé en 1984, rassemble des chercheurs en histoire, en sciences de l’information et de la communication, en géographie en droit, en muséologie et en gestion. Le volet « Écrire l’histoire du CEP » du programme de recherche regroupe une quinzaine de chercheurs de plusieurs disciplines et spécialités : histoire de la Polynésie, de la stratégie nucléaire, de l’écologie, de l’Outre-mer et du militaire ; anthropologie de la Polynésie ; géohistoire des risques, géographie et histoire du Pacifique ; sociologie des processus de victimisation. Il s’agit de prendre la mesure de l’ensemble des conséquences du CEP, dans tous les domaines, et de documenter l’insertion accélérée de la Polynésie française dans la mondialisation à l’occasion du CEP.

Une étude comparée des essais nucléaires de plusieurs pays

Parallèlement au programme de recherche, le CRÉSAT et la MSHP organise un séminaire ouvert au public à la Délégation de la Polynésie française, à Paris : « Pour une histoire transnationale des installations et des essais nucléaires ». Ce séminaire ambitionne d’élargir l’étude du CEP grâce à une approche comparée (essais américains, britanniques, soviétiques) et transnationale (réception des essais français par ses partenaires européens, réseaux d’opposants régionaux, etc.).

Les 7 séances de l’année 2019-2020 présenteront les travaux de chercheurs français et étrangers travaillant sur des installations nucléaires et les programmes d’essais anglo-saxons et soviétiques, mais aussi le CEP lui-même. Le séminaire se tient à la Délégation de la Polynésie française, au 28 boulevard Saint- Germain. L’horaire est fixé de 18h à 20h, afin de permettre aux enseignants-chercheurs et étudiants résidents en Polynésie d’y assister par visio-conférence à la Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique sur le campus d’Outumaoro.

  • 26 septembre : Frédéric Monier, Université d’Avignon, Centre N. Elias (UMR CNRS 8562), « L’annonce de la création du site de missiles à Albion : réaction de l’opinion et débats politiques, 1965-1969 ».
  • 8 novembre : Benoît Pélopidas & Nariman Shelekpayev (IEP de Paris) : « Présentation du programme Nuclear Knowledges et des travaux en cours sur les essais français et soviétiques ».
  • 27 janvier : Magdalena Stawkowski (University of South Carolina), « Les essais nucléaires soviétiques au Kazakhstan ».
  • 6 mars : Becky Alexis-Martin (Manchester), « L’héritage des essais nucléaires anglais dans le Pacifique ».
  • 9 avril : Rens van Munster (Danish Institute for International Studies), « Le programme RADIANT et les essais nucléaires dans le Pacifique. Le cas des îles Marshall ».
  • 7 mai : Nicolas Badalassi (IEP Aix-en-Provence), « La France face à ses partenaires européens : la question de la dissuasion nucléaire et des essais dans le Pacifique, années 1960-1970 »
  • 11 juin : Liz Kaiser (Université d’Aarhus) « Les essais nucléaires en Polynésie française et l’impact sur les pratiques de pêche ».

Les personnes intéressées pour y assister sont invitées à :

– si elles se trouvent à Paris ou proximité, s’informer auprès du Pr. Renaud Meltz, ou directement à la délégation de la Polynésie française. (Suivre le lien suivant pour les coordonnées et le plan de situation de ce service: https://www.service-public.pf/voir/annuaire/dpf-delegation-de-la-polynesie-francaise-a-paris/)

– si elles se trouvent à Tahiti, contacter Alexis Vrignon ([email protected]), postdoctorant, pour les modalités pratiques.

 

 

 

Article précedent

Axel Carnier remporte le Tour Tahiti Nui

Article suivant

Jean-Luc Le Mercier, prochain président de la chambre territoriale des comptes

1 Commentaire

  1. Fred Boutet
    23 septembre 2019 à 9h16 — Répondre

    Je me permet une remarque.
    A propos de cet article :
    POLYNÉSIE : UN SÉMINAIRE À PARIS POUR ÉCRIRE L’HISTOIRE DES ESSAIS NUCLÉAIRES

    Il faut arrêter d’appeler ça des « essais » nucléaires.
    Ce sont des explosions d’armes nucléaires.
    Pas des essais !
    Faut arrêter d’utiliser leurs mots.

    Tant que les histoires de chasse seront écrites par les chasseurs, il arrivera toujours la même chose aux lions. (proverbe africain)

Laisser un commentaire

PARTAGER

Un séminaire à Paris pour écrire l’histoire des essais nucléaires