ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Un séminaire avant le remaniement ?

Pas de pré-conseil des ministres lundi. Le gouvernement était réuni toute la journée en séminaire « bilan et perspectives » à la présidence. L’occasion de faire le point, services par services, sur l’activité du Pays en 2016 et sur les prévisions pour 2017. Mais l’occasion également de voir revenir l’arlésienne du remaniement ministériel annoncé pour le « début d’année » par Edouard Fritch.

Toute la journée de lundi, le président Edouard Fritch et ses ministres ont fait le point à la présidence sur le bilan de l’année 2016 et les perspectives pour 2017 dans leurs services respectifs. Le pré-conseil des ministres a exceptionnellement été reporté pour l’occasion et les membres du gouvernement n’ont quitté la présidence que pour se rendre aux voeux de l’Eglise catholique dans la soirée. Or selon plusieurs sources au gouvernement, cette revue de détail préfigure très vraisemblablement le remaniement ministériel encore annoncé pour ce « début d’année » par Edouard Fritch le 28 décembre dernier. Un ministre glissait d’ailleurs lundi soir à Radio 1 que le président du Pays devait s’entretenir individuellement avec tous les membres de son gouvernement dans les jours à venir. Du côté de la présidence, pas question d’évoquer pour l’heure le moindre remaniement. Mais en coulisses on évoque plusieurs pistes. La plus vraisemblable est celle de l’arrivée de Teva Rohfritsch à la vice-présidence, tandis que Nuihau Laurey resterait au gouvernement comme ministre en charge du Budget et des Finances jusqu’à la limite imposée par la loi sur le non-cumul des mandats fin 2017. Très vraisemblable aussi, l’annonce d’Edouard Fritch de vouloir créer un grand ministère unique Santé-Solidarité pour faciliter la réforme de la PSG. Enfin, Edouard Fritch a toujours en mains le portefeuille de l’Agriculture depuis le départ de Frédéric Riveta en 2015. Plus difficile à prévoir, on annonce toujours les départs d’Albert Solia et de Patrick Howell. Le premier toujours pour raisons personnelles et le second pour se consacrer entièrement à une campagne des législatives qui s’annonce redoutable sur la troisième circonscription. Patrick Howell, comme Nicole Sanquer, auraient de toutes façon l’obligation de quitter le gouvernement en cas de victoire aux législatives… Rien, en revanche, ne les empêche de rester au gouvernement pendant la campagne.

Article précedent

Le Tahoeraa attaque la politique de l’éducation du Pays

Article suivant

ParuVendu change de mains, La Dépêche riposte

1 Commentaire

  1. makarai
    10 janvier 2017 à 12h47 — Répondre

    M fritch,

    il faut virer Nicole et son cercle, de l’éducation,…

    car depuis , tu le sais, c’est la gesticulation intempestive et la fuite en avant journalière.

    aucune gestion digne de ce nom.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Un séminaire avant le remaniement ?