ACTUS LOCALESSANTÉ

Une campagne pour manger « naturellement » sucré

1
Sucre
3
2
4
5

« Préférez le naturel. » C’est l’un des slogan de la Direction de la santé pour pousser les consommateurs à manger et à boire moins sucré. Une campagne qui ne s’arrête pas à de la communication, puisqu’une fiscalité comportementale va aiguiller les consommateurs sur les produits bons pour la santé.

Le ministère et la Direction de la santé veulent mettre en avant la consommation des produits naturellement sucrés, comme les fruits par exemple. L’objectif est de favoriser une meilleure hygiène de vie et de diminuer les facteurs aggravant la surcharge pondérale, l’obésité ou le diabète. Une campagne de sensibilisation, basée sur des affiches visuelles et un « vocabulaire émotionnel », va être mise en place, comme l’explique la diététicienne du bureau des maladies liées au mode de vie, Hélène Thual.

Le responsable du département des programmes de prévention de la Direction de la santé, Bruno Cojan, explique que le corps a besoin de sucre. Notamment pour le fonctionnement du cerveau. « Mais on n’a pas besoin de trop de sucre, c’est là que le problème se pose », explique le spécialiste. Dans une enquête, la Direction de la santé a établi en 2014 que 43% des adolescents âgés de 13 à 17 ans étaient en surcharge pondérale, et 20% obèses.

Pour la Direction de la santé, si cette campagne s’arrêtait à la communication elle « serait un gros flop ». D’où la mise en place, prochainement, d’une « fiscalité comportementale ». Le ministre de la Santé, Jacques Raynal, veut ainsi donner des « indications » au public sur les aliments à consommer avec modération. Cette fiscalité alimentera par ailleurs un compte qui servira à développer des actions de promotion de la santé.

Article précedent

L’APC valide la vente de la Spres à Boyer

Article suivant

Les pharmaciens contre la baisse du prix des médicaments

2 Commentaires

  1. Danielle & Michel
    25 novembre 2017 à 11h22 — Répondre

    Et pourquoi n’obligez vous pas, mesdames, messieurs de la Santé, les entreprises productrices de ces boissons qui envahissent le marché à mettre moins de sucres dedans. La consommation excessive de sucre dans ces boissons entraine un besoin de sucre donc de ces boissons. C’est le chien qui se mord la queue.

    • 25 novembre 2017 à 14h02 — Répondre

      Bonjour, c’est justement tout le principe de la fiscalité comportementale expliquée dans cet article : taxer les produits sucrés et la publicité sur les produits sucrés.

Répondre à Danielle & Michel Annuler la réponse.

PARTAGER

Une campagne pour manger « naturellement » sucré