ACTUS LOCALESSOCIAL

Une deuxième marche pour dire non au projet Ecoparc

© Lucie Rabréaud

© Lucie Rabréaud

Une deuxième marche était organisée ce samedi pour dire une nouvelle fois non au projet Ecoparc. L’objectif est aussi de faire découvrir la vallée de la Papenoo et montrer l’inutilité des installations imaginées par plusieurs investisseurs.

Des hôtels, un golf, de la thalassothérapie, un parcours de luge d’été, des télécabines, un centre universitaire international, un village culturel et des parcours découvertes… Un projet à 14 milliards censés offrir 400 emplois directs. Quand Jean-Claude Teriierooiterai, accompagné de deux autres investisseurs Alban Ellacott et Dominique Auroy, a présenté ce projet, les associations de la Papenoo ont rapidement montré leur scepticisme voire leur dédain sur des installations d’une telle envergure dans leur vallée. Devant le manque d’enthousiasme général, le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, a organisé des comités de pilotage pour mettre tout le monde autour d’une même table et essayé de convaincre du bien fondé du projet. Mais rapidement les associations ont quitté cette table, fatiguées de ne pas être entendues. Pour montrer leur opposition, des marches sont organisées régulièrement pour dire non au projet Ecoparc et aussi sensibiliser la population à la beauté de la Papenoo. Priscilla Domingo, membre du comité Te Aru o Teura vahine no Haururu, organiseur des marches, imagine déjà les conséquences désastreuses que pourraient avoir des travaux pour un tel projet.

La jeune femme ne croit pas non plus aux promesses d’emplois faites par les investisseurs.

Les associations imaginent un tout autre projet pour faire vivre leur vallée. Le maire délégué de Papenoo, Vetea Avaemai verrait plutôt un aménagement à taille humaine de la vallée. Pour lui, il n’y a pas assez de touristes à Tahiti pour rentabiliser le projet Ecoparc.

C’est également ce que souhaite Priscilla Domingo qui assure que les touristes cherchent tout le contraire de ce que proposent les trois investisseurs.

Ce samedi, les marcheurs devaient faire six kilomètres dans la vallée. Une troisième marche est organisée le 26 novembre prochain, il s’agira, cette fois, de rejoindre Fare Hape. L’Église protestante maohi avait, elle aussi, rappelé son refus la semaine dernière dans les conclusions de son synode qui s’est déroulé à Papenoo, du projet Ecoparc.

Article précedent

Syrie: libération de centaines d'habitants pris en otage par l'EI

Article suivant

JO-2016: Klishina, seule athlète russe présente à Rio, exclue des Jeux

1 Commentaire

  1. AUROY DOMINIQUE QUI DOIT PAYER SES TAXES SUR L'alcool
    17 août 2016 à 4h24 — Répondre

    M. AUROY est persona non grata, voilà encore ce cher profiteur de défiscalisation qui vient encore nous voler nous le peuple avec l’aide précieuse de M Bouissou et M Alpha. Nunaa e feruri maitai, rappelons nous du projet de Auroy «Tamara nui», ce franc-maçon nous a laisser une ardoise de 5 milliards à nous le peuple que nous avons payé sans compter la defisc de ce projet polluant de la vallée de tipaerui en ce temps là avec l’aide de M Flosse. FAAITOITO NUNAA NO PAPENOO,

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Une deuxième marche pour dire non au projet Ecoparc