ACTUS LOCALESFAITS DIVERS

Une femme de 87 ans tuée par des chiens à Pirae

Une femme de 87 ans qui faisait sa promenade habituelle sur le stade des Jeunes tahitiens à Pirae a été attaquée et tuée par des chiens.

Une octogénaire de Pirae a été tuée ce matin, alors qu’elle faisait sa marche habituelle sur le stade JT de Pirae, par 4 à 6 chiens dont deux pitbulls, selon les premiers témoignages recueillis sur place.

Des témoins, qui jouaient au tennis sur l’un des terrains attenants, disent avoir vu la femme à terre, entourée des chiens. Ils auraient tenté de les faire fuir, armés d’une barre de fer, et les chiens s’en sont pris à eux, les obligeant à se replier vers le court de tennis. La victime aurait subi de graves blessures au visage, « scalpée » dit un des témoins.

Deux personnes sont en garde à vue à la DSP de Papeete. Ils seraient les propriétaires d’au moins deux des chiens.

Les pompiers de Pirae procèdent au nettoyage des lieux de l’agression mortelle. ©P.Bastianaggi

 

Article précedent

Journal de 7:30, le 12/05/2020

Article suivant

Le procès de Yannick Mai reporté au 16 juin

8 Commentaires

  1. PAT
    12 mai 2020 à 9h48 — Répondre

    ou sommes nous ce problème des chiens dure depuis des années à quand des mesures fortes c’est bien de protéger les personnes âgées contre le covid mais ils se font manger par des chiens
    dur dur à notre époque

  2. simone grand
    12 mai 2020 à 10h06 — Répondre

    Le couvre-feu montre ses limites car c’est le jour aussi que l’on peut être attaqué. A quand une vraie répression contre les chiens dangereux et leurs maîtres irresponsables?

  3. MANATEA
    12 mai 2020 à 11h08 — Répondre

    Pauvre dame. Quelle mort horrible!!! Une sanction qui devrait être exemplaire pour ses maîtres irresponsables qui adopte des chiens sans prendre la mesure de la charge et du devoir que cela implique. Et des molosses sans muselières ou errants dans les quartiers c’est monnaie courante. Il n’est pas méchant te dira t-on? Oui mais jusqu’à quand lorsque les conditions de vies ou encore d’élevage de l’animal frôle la maltraitance ou encore s’assimile à un dressage visant à en faire un chien tueur? Quelle est la capacité d’absorption des chiens errants au sein des structures existantes? Ne doit-on pas envisager en ultime recours l’euthanasie de ces chiens pour qui l’avenir n’est que néant et maltraitance?

  4. CHOUTEAU
    12 mai 2020 à 11h43 — Répondre

    Depuis des années les attaques de chiens sont signalés ! Je suis infirmière et dans le cadre de mon exercice je suis amenée à prendre en charge des morsures parfois gravissimes chez des patients parfois très jeune( enfant de 4 ans atteint aux 4 membres , opéré, et traumatisé, femme d’une cinquantaine d’année, idem!!)
    Professionnelles de terrain, nous sommes parfois attaquées !!
    CA SUFFIT!! Il faut enfin prendre des décisions fortes et radical pour protéger l population.
    COVID: 60 cas, 1 hospit et des moyens et actions disproportionnés !!
    MORSURES: LES chiffres devraient être divulgués puisque les victimes passent la.plupart des cas par les urgences et je crois qu’une déclaration est faite ? Et des mesures doivent être prises!!!
    Une pensée pour cette dame et sa famille, ça n’aurait jamais dû se produire !

  5. Vaitoare Heiarii
    12 mai 2020 à 14h09 — Répondre

    Leurs maîtres irresponsables!!!!!! Les même Maîtres qui vont se défausser devant les proches de la malheureuse victime…..auprès de la famille en évoquant la fatalité …etc etc….qui vont nier leurs responsabilité DANS CE DRAME….et faire la démonstration de leurs totale irresponsabilité tant pénale que civile …..DE NE pas ASSUMER LES CONSÉQUENCE DE LEURS ACTES / D AVOIR UN CHIEN CLASSER D »ATTAQUE ….EN TOTALE DIVAGATION ….et pas sur leurs propriété ..

  6. Bourdon
    12 mai 2020 à 18h06 — Répondre

    Chaque chien considéré « dangereux » doit être porteur d’une muselière. Si chaque propriétaire contrevenant était systématiquement pénalisé, ce genre d’homicide VOLONTAIRE n’existerait plus !

  7. motook
    13 mai 2020 à 8h05 — Répondre

    Une loi votée il y a 15 ans oblige les propriétaires de pittbull à les faire stériliser et identifier via une puce électronique. Si cette loi avait été respectée, cette race de chien ne devrait plus exister en Polynésie Française. Que la justice remonte les filières de trafic de pitt et sanctionne les acteurs de cette filière et par la même occasion les propriétaires des chiens que l’on voit tous les jours en divagation seuls ou en meutes sur le bord des routes.
    Et que, au moins cette fois, on ne s’abrite pas derrière l’insolvabilité ou la « misère sociale » des propriétaires. .. Un pitt, ça coûte cher à l’achat et à l’entretien, donc quand on peut acheter, on peut assumer.

  8. Mata
    13 mai 2020 à 14h31 — Répondre

    il y a des lois votées mais malheureusement, ici, on ne les fait pas appliquer…
    Rien qu’au niveau de ma résidence, à plusieurs reprises nous avons appelé la police municipale pour intervenir et ramasser des chiens en divagation au sein de la résidence, et jusqu’à aujourd’hui, aucune intervention et capture n’a eu lieu….Peut être qu’ils attendent un drame comme celui-ci pour enfin intervenir…

    Les sanctions ne sont pas assez radicales ici, chaque propriétaire de chien classé dangereux devrait être contrôlé pour connaître les conditions de vie de l’animal (qui définit en grande partie, le comportement de l’animal), vérifier qu’il soit bien stérilisé, pucé et dans un jardin clôturé, et lorsqu’il est dehors, il doit toujours être accompagné de son maître et tenu en laisse, avec muselière (si il s’agit d’un chien classé dangereux) on ne le répètera jamais assez … si vous n’avez pas de clôture, eh bien investissez dans un chien en peluche.

    Toutes mes pensées vont vers la famille de cette dame, qui a survécu au covid mais pas à la bêtise humaine.

Répondre à CHOUTEAU Annuler la réponse.

PARTAGER

Une femme de 87 ans tuée par des chiens à Pirae