INSOLITE

Une lettre d’amour de près d’un siècle retrouvée sur un chantier

Les ouvriers qui travaillaient sur un chantier ont eu une belle surprise en ouvrant une vieille boîte de biscuits.

Des ouvriers Niçois ont assisté à une exhumation des plus originales voilà quelques semaines. Ils ont découvert une lettre d’amour passionnée datant de 1922 dans une vieille boite métallique, raconte France 3 Côte d’Azur.

Une lettre d’amour qui n’a pas pris une ride. C’est sur le chantier de réhabilitation de l’ancien Hôtel général des postes à Nice que des ouvriers ont fait une touchante découverte. Ils ont retrouvé une vieille boîte de biscuits contenant une lettre enflammée datée de 1922, caché dans le faux plafond du bâtiment historique dans lequel ils travaillaient. « On a trouvé une boîte qui paraissait anodine », explique le chef de chantier. « Mais en se rapprochant, on a trouvé une lettre d’amour (…) dans une boîte de biscuits Brun. »

« Ernest chéri, (…), mon amour aimé, viens me secourir ! Je te le demande de tout mon cœur. Je suis comme un corps sans âme parce que tu n’es pas là. Tu sais que je n’ai que toi », peut-on lire dans la courte missive d’un « Ta Toinette, ta chère petite fiancée au coeur brisé qui t’appelle bien fort. »

Une histoire qui ne va pas s’arrêter là. Touchés par cette petite lettre, les ouvriers du chantier comptent compléter l’histoire. Alors l’enquête s’organise pour en savoir plus sur Ernest et Antoinette. L’un des responsables du chantier a contacté La Poste pour connaître les anciens habitants des logements de fonction qui étaient installés dans l’ancien hôtel général. Le but ? Retrouver les enfants et petits-enfants d’Ernest et Antoinette et écrire une nouvelle page de cette belle histoire.

Source : Europe1

Article précedent

Replay A vous la parole du 09/09/2016 - Les suites de l'édito sur le défi "malbouffe"

Article suivant

Le Conseil de sécurité décide de préparer de nouvelles sanctions

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Une lettre d’amour de près d’un siècle retrouvée sur un chantier