ACTUS LOCALESECONOMIE

Une pétition plébiscite James Estall à la Socredo

Une pétition lancée à la Socredo pour protester contre la révocation du directeur général de la banque, James Estall, a recueilli 329 signatures sur les 349 employés de la banque et 118 signatures d’employés de filiales du groupe. Les syndicats ont écrit au Pays pour lui demander de revenir sur sa décision de révoquer le directeur de la banque. 

Le 3 janvier dernier, les syndicats de la Banque Socredo ont rédigé une pétition en guise de protestation contre la révocation du directeur général de la banque, James Estall. La pétition a été adressée au président du Pays, Edouard Fritch, au directeur de l’AFD à Paris Rémy Rioux et au directeur général de la Cofibred. La pétition a été signée par 329 employés sur 349 à la Socredo et 118 employés des filiales du groupe telles que l’Océanienne des services bancaires (OSB) et l’Océanienne d’industrie (ODI). Les syndicats font état de leur « incompréhension la plus totale » quant à cette révocation et estiment que les raisons invoquées ne sont ni convaincantes, ni rassurantes. Les syndicats disent craindre que leur établissement perde « de sa crédibilité si elle négligeait de s’astreindre à l’image de stabilité dont  elle a toujours fait preuve et garante auprès de notre clientèle ». Ils appellent le gouvernement à revenir sur sa décision.

Marcel Tuihani monte au créneau

Le président Tahoeraa de l’assemblée, Marcel Tuihani, également administrateur de la Socredo, a lui-aussi adressé un courrier au directeur général de l’Agence française de Développement (AFD), Rémy Rioux, pour lui faire part de son étonnement et de son incompréhension concernant la révocation du directeur général, James Estall. Dans son courrier, Marcel Tuihani affirme que le conseil d’administration a été « mis devant le fait accompli ». Il estime que le directeur général « n’a pas démérité (…) et a toujours fait preuve de professionnalisme » notamment en ce qui concerne la mise en œuvre des politiques voulues par les actionnaires telles que le logement social ou encore le développement touristique. Le président de l’assemblée dénonce la « méthode utilisée » pour révoquer James Estall et tacle évidemment le gouvernement au passage en « espérant » que cette révocation « n’est pas justifiée par d’autres motifs moins avouables ou motivée par une volonté de régler des comptes personnels de la part de certains administrateurs ».

Article précedent

Les avocats échouent à suspendre la réforme de la procédure civile

Article suivant

Procès renvoyé, Jean-Paul Tuaiva terminera son mandat

1 Commentaire

  1. Cross Stanley
    13 janvier 2017 à 22h23 — Répondre

    Bravo aux pétitionnaires de braver le gouvernement du Président Édouard FRITCH, lequel disait pourtant dans son discours d’investiture qu’il tournerait le dos aux pratiques de son ancien maître. Hélas, force est de constater que l’élève a dépassé le Maître. Pauvre pays. Vivement 2018 !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Une pétition plébiscite James Estall à la Socredo