EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Une télé sans réalité – Edito 23/05/2018

Je me demande à quel moment ça a basculé. Quand je regarde la télévision – à de plus rares occasions qu’avant tant les habitudes de consommations des contenus ont évolué – je me rends compte que tous ces programmes qui tentent de capter l’attention des ados et de la fameuse ménagère de moins de 50 ans calquent tous un modèle récurrent. Pour leurs participants il s’agit de briller le plus vite possible en écrasant les autres, en faisant preuve d’une mauvaise foi à toute épreuve. Au sein de ces émissions on y érige l’intrigue et le mensonge au rang de vertu, et surtout on provoque et on met en scène des conflits là où ils pourraient être évités.

Responsables des programmes et producteurs sont les complices malfaisants qui pêchant par facilité ne se rendent pas compte d’ô combien ils contribuent à vicier l’inconscient collectif, entre autres, de toute une génération. On tente de nous vendre la violence à la fois physique, verbale, et psychologique en tant que nouveaux fondamentaux du rapport qui régit les humains entre eux.

Je suis loin d’être le premier a avoir évoqué le sujet et à s’en être ému. Cependant le fait d’avoir pu, fut un temps, vivre les choses de l’intérieur, renforce ici la lucidité. Autant se dire la vérité,  les émissions de télé réalités, quelles qu’elles soient, sont truquées. Oui, même celles qui vous paraissent les plus sympas, qui se basent sur la recherche de talents ou la relève de défis.

Parce qu’untel aura accepté de troquer ses principes et d’être taillable et corvéable à merci par la production du programme, celui-là sera privilégié. On fomente des trahisons, on sabote, on piège, bref on abîme. Parce que si l’impact sur le téléspectateur le moins éclairé peut en effet être sévère, ce n’est rien à comparaison des éclopés du petit écran que l’on engendre. Ces personnes qui ont participé aux tournages et qui ayant découverts l’envers du décor vont avoir du mal à digérer cette télé qui aucunement n’avait trait à la réalité.

Alors bien entendu qu’on peut se remettre de toutes les désillusions et qu’au final peut-être qu’on pourra compter au moins sur une petite partie de ces gens afin qu’un jour elle ait de l’influence dans ce secteur. Qu’elle contribue à tirer les choses vers le haut. Mais en attendant que la quête de l’audience se fasse par l’orchestration des bas instincts est la preuve d’une perte de repères terrible et d’une déshumanisation dont on n’a pas fini de cerner les dangers présents et futurs. Les animaux dans les documentaires qui leurs sont consacrés se respectent largement plus entre eux, que les hommes.

Article précedent

Sachet et Lehartel nouveaux visages du gouvernement

Article suivant

La composition du gouvernement d'Edouard Fritch

1 Commentaire

  1. Fred
    27 mai 2018 à 23h12 — Répondre

    Très bien dit Alex….Triste constat …

Laisser un commentaire

PARTAGER

Une télé sans réalité – Edito 23/05/2018