EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

USA : se prendre une balle, ça devient normal – Edito 25/05/2021

Les autorités américaines sont toujours très efficaces lorsqu’il s’agit de rendre public, après avoir les avoir officialisés, des classements de pays pour telle ou telle raison afin d’informer leur propre population avant qu’elle ne se rende dans ces territoires étrangers. En août 2020 la Polynésie en avait fait les frais puisque la CDC, l’agence fédérale américaine en charge de la gestion des périodes de crise, avait recommandé à ses concitoyens d’éviter tout déplacement vers notre Fenua. Une consigne en partie motivée parce qu’ils estimaient que nos moyens sanitaires, en gros, étaient quasiment ridicules. Merci quand même.

Non pas que mon fond rebelle et revanchard ait absolument besoin de prendre le dessus à la première occasion, et n’étant animé d’aucun anti-américanisme primaire, j’estime cependant qu’à notre tour il serait pertinent de communiquer officiellement sur les risques réels que nous prenons à visiter le pays de l’Oncle Sam. Ainsi, seulement pour ce week-end ce sont 12 morts et plus d’une cinquantaine de blessés qui sont à dénombrer, toutes victimes de fusillades un peu partout aux USA. Samedi soir, deux personnes ont été tuées par balle dans une fête à Camden, dans le New Jersey, et au moins 12 personnes ont été blessées. En Caroline du Sud, une fille de 14 ans a été tuée et 14 personnes ont été blessées dans un concert. À Atlanta, en Géorgie, la police a découvert trois corps criblés de balles dimanche matin. Parallèlement, au même moment, ce sont trois autres personnes qui ont été tuées et huit blessées devant un bar à Youngstown, dans l’Ohio, tandis qu’une jeune fille de 16 ans a été tuée et sept personnes blessées dans un parc à Columbus. Ça fait beaucoup …

Le nombre d’agressions ou de morts violentes par balle va même au-delà de ces chiffres quand il s’agit de regarder dans le détail les faits divers moins médiatisés car n’étant pas des tueries de masse. Vendredi dernier, c’est un petit garçon de 6 ans, qui était installé sur la banquette arrière de la voiture de sa maman, qui a fait les frais en Californie de la dispute entre cette dernière et un autre automobiliste. Il a pris une balle dans le ventre provenant de l’arme d’un passager de l’autre véhicule. Épouvantable.

Le nouveau Président Joe Biden a beau vouloir lancer un plan de réformes profondes visant à la limitation des armes à feu, le problème semble pourtant insurmontable au vu du nombre d’armes déjà en circulation. Rien que l’an passé au plus fort de la pandémie, pour des raisons totalement irrationnelles, la vente d’arme a fait un bond en avant inédit. Il n’est donc pas étonnant qu’en 2020  l’on ait dénombré 611 fusillades de masse – qui comptent au moins quatre victimes – contre 417 en 2019.

Nous serions donc bien avisés de placer les États-Unis en tête de liste des pays où l’on est susceptible de se prendre une bastos pour rien quel que soit le lieu, quel que soit le contexte. C’est quand même bon à savoir avant d’aller faire « shopping » …

Article précedent

Les futurs patrouilleurs de la Marine porteront les noms de militaires polynésiens

Article suivant

Journal de 7:30, le 25/05/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

USA : se prendre une balle, ça devient normal – Edito 25/05/2021