ACTUS LOCALESPOLITIQUE

« Valentina Cross mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas »

Jean Christophe Bouissou © Vaite Urarii Pambrun

Le porte-parole du gouvernement considère que l’élue UPLD, Valentina Cross, dépasse les bornes en exigeant du gouvernement de résilier l’accord signé avec Seasteading Institute. Il considère que l’élue « mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas ».  

Le porte parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou, considère que la demande de résiliation de l’accord entre le Pays et Seasteading Institute faite par la conseillère municipale de Teva i uta et élue UPLD à l’assemblée, Valentina Cross, est mal placée. « On n’exige rien d’un gouvernement qui a une légitimité pour mener des dossiers ». Le porte-parole a également souligné que l’accord qui avait été signé début 2017 « ne fait nullement état de l’implantation d’une île flottante en Polynésie ». Il a affirmé qu’il s’agissait de mettre en place des études destinées à connaître « l’utilité de la mise en œuvre d’un tel projet ». Pour le porte-parole du gouvernement, l’élue UPLD « mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas ».

Article précedent

Formation : 16 éducateurs se forment à la préparation athlétique

Article suivant

Tina Cross demande à Édouard Fritch de résilier son accord avec Seasteading Institute

8 Commentaires

  1. Chaval
    24 février 2018 à 5h46 — Répondre

    Que peut-on attendre d’un ou d’une représentante de l’UPLD ( drôle d’appellation) ? Pas grand chose si ce n’est d’aller systématiquement « contre ceux qui sont pour et pour ceux qui sont contre ».
    Mais à part ça que peut-on retenir de positif et de constructif ? La critique est aisée…etc…etc…

  2. Eric
    24 février 2018 à 6h04 — Répondre

    Les Élections approchent, il faut bien montrer aux électeurs et population qu’elle défend les interêt du peuple maohi…

  3. Iritahua
    24 février 2018 à 8h28 — Répondre

    Il mérite une médaille de Tahiti Nul

  4. tam
    24 février 2018 à 10h47 — Répondre

    Eh ben alors!! Mr J.C Buissou si ce sujet n’existe pas, qu’attendez-vous pour résilier le protocole d’accord…comme le demande Mme Tina CROSS???

  5. 24 février 2018 à 18h23 — Répondre

    Jai de la famille qui vit a mataiea et je ne suis d aucun parti politique. mais je suis polynesienne et je suis contre ce projet de plates formes flottantes a Tahiti comme l’a d ailleurs aussi souligné Fritch. Et je suis contente qu une representante elue de l’assemblee ait révélé au grand jour ce projet qui s est fait dans les coulisses a l insu de la population de Teva I uta.
    Heureusement que nous avons encore des personnes intègres qui defendent les intérets de la population . c est simple, que le gouvernement résilie ce protocole d accord et qu on n’en parle plus. Pourquoi envenimer la situation et utiliser l’action noble et justifié de mme Cross et son association pour attaquer l UPLD.
    Qui parle de combat politique ?
    C est Bien Mr BOUISSOU non !
    Il est grand temps d arreter de prendre les gens pour des cons.

  6. PAVLOVA
    24 février 2018 à 23h00 — Répondre

    Bouissou s’est pris tout seul les pieds dans le tapis comme il a fait avec son pote Bill Ravel, il ne peut tout de meme pas renier sue c’est lui qui a ouvert le bal avec le balltring de Marc Collôs et qui a signe in premier protocole….de qui se moque-t-on, Edouard Fritch a quand meme ete plus malin,our dire l’inverses, mais dans ce cas la on VIRE un ministre qui s’est plante, et comme disait JP Chevenement  » un ministre ca ferme sa gueule ou ca demissionne »
    Ben non pendant ce temps la Bouissou joue allegrement du Ukulele avec Fritch au stade Pater pour epater la galerie…MDR

  7. 25 février 2018 à 10h26 — Répondre

    Pour repondre a Chaval Iritahua et Eric.

    Que peut on également attendre du gouvernement actuel, le Tapura Huiraatira soutenu par MACRON, dont le President lui meme Fritch et Bouissou ont été condamnés par la justice et qui continuent à sièger au pays en toute impunité en bénéficiant de revenus publics et d’avantages plus qu’indécents.

    La belle affaire pour les 50% de la population qui vivent au dessous du seuil de pauvreté.

    Et que peut on attendre aussi de tous ces gens qui continuent à voter et soutenir tous ces élus du gouvernement, comdamnés de justice ….

    Mme Cross a au moins le mérite de defendre les interets du peuple et non pas de s enrichir au detriment de la population.
    Oui Mme Valentina Cross, elue municipale de Teva I Uta, representante a l assemblee et citoyenne non repris de justice!

    Et vous CHAVAL ! Qu ‘avez vous accompli de positif et de constructif pour les interets de la population ! C est sure que la critique est aisée quand on ne se sent pas concerné!

    Oui Mme CROSS peut etre fière de son combat et de son parcours en politique.
    Elle a crée l’association PARURU IA ATIMAONO pour protéger sa commune et l ensemble du patrimoine Maohi contre ce projet qui ne profitera pas à la population polynesienne.

    Et je suis desolee mais Bouissou, un élu condamné de justice, ne mérite pas la medaille de Tahiti nui c est salir la memoire de ceux et celles qui l ont merité honnêtement.

  8. 25 février 2018 à 16h54 — Répondre

    Le pire Pavlova c’est que ce projet est en gestation depuis 2008 et qu I’ll est maintenu fin prêt pour mettre en place ce projet de plaques flottantes dès cette année .
    Et que c est bien le gouvernement actuel par l’intermediaire de COLLINS qui a enclenché une com de seduction pour que SEATREDING opte pour la polynesie. Dapres la conference de Collins, la polynesie n’était pas sur leur liste de favoris
    Donc Fritch ne pourra pas virer Bouissou. Ils sont tous les 2 mouilles jusqu au narine dans cette affaire.
    Et c est evident que d une part qu il y a eu beaucoup d argent dépensé par nos politiques pour arriver à ce résultat mais ça nous ne saurons jamais c est tenu TOP SECRET.
    Par contre nous savons que les investisseurs de blue frontiers ont deja depense 100 millions USD en etudes ect…
    Voila le constant que l on peut faire…

Répondre à Eric Annuler la réponse.

PARTAGER

« Valentina Cross mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas »