EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Velléités de coup d’état militaire en France et conséquences pour le Fenua – Edito 03/05/2021

Cela n’a pas pu vous échapper dans l’actualité nationale, le 21 avril dernier, des ex et actuels militaires ont publié dans le magazine de droite Valeurs actuelles un appel à lutter contre, je cite, « le délitement qui frappe notre patrie ». Dans cette même lettre ouverte ils envisagent aussi l’opportunité que représenterait, je cite encore : une « intervention de nos camarades d’active » afin de protéger « nos valeurs civilisationnelles ». Le ramdam médiatique a été conséquent, Marine Lepen a été accusée de récupération par la classe politique, et des mesures disciplinaires visant les cosignataires encore en service actif ont été entreprises. Le malaise démocratique de la France est manifeste lorsqu’un sondage Harris Interactive/LCI enfonçait le clou en fin de semaine dernière : 58 % des Français déclarent soutenir les militaires signataires.

L’état d’esprit en métropole aujourd’hui c’est donc qu’alors que certains braillent en parlant de gestion despotique de notre Pays en temps de crise, en majorité on ne broncherait donc pas si des militaires faisaient un putsch et confisquaient le pouvoir en France. Même si cela mérite d’être affiné pour ne pas se contenter d’un seul sondage, l’opinion publique serait donc prête à ce que le Pays des droits de l’Homme subisse un coup d’état militaire. Il y a vraiment quelque chose qui est cassé en France. Nos concitoyens de l’Hexagone, même si l’on ne peut que compatir à ces confinements successifs qu’ils subissent, ont-ils la mesure de ce que représente une confiscation par des soldats de tous les pouvoirs issus de votes démocratiques ? Le tout, je le rappelle, à un an seulement d’échéances électorales majeures.

Les français manquent-ils à ce point de culture générale et de recul sur leur propre histoire pour savoir en quoi consiste exactement un état oppresseur dont il faudrait s’affranchir en bafouant la constitution d’une République ? Il ne faut quand même pas délirer, on ne vit pas sous un régime Taliban, la droite et l’extrême droite française ont la voix qui porte suffisamment pour que le peuple soit libre de choisir aux dates prévues quelle politique migratoire et sécuritaire il veut.

Mais parce que l’on n’est plus à un pétage de plombs généralisé près, qu’on vit dans un monde où tout est possible, qu’est-ce qu’on ferait nous en Polynésie française si des militaires parvenaient avec succès à conduire un coup d’état à 18 000km de là ? C’est simple, on grincerait des dents mais on serait bien obligés de faire le dos rond, parce qu’il est aujourd’hui impossible de se passer de l’intraveineuse financière parisienne pour faire marcher le Territoire. Assurément des heurts éclateraient, comme sans doute partout ailleurs dans le Pays et pour assurer l’ordre les troupes seraient déployées dans les rues. Mais les indépendantistes auraient alors un véritable boulevard qui s’ouvriraient à eux pour faire voter, dès que ce sera à nouveau possible, une sécession anticipée. Car là voyez-vous, on peut le comprendre, rester français quand même la République dans ses fondations est abîmée, ça ne fait plus rêver.

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - Le Replay du 3/05/2021

Article suivant

LA PASSION DU VIN 3/05/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Velléités de coup d’état militaire en France et conséquences pour le Fenua – Edito 03/05/2021