INTERNATIONAL

Vents violents: 75.000 foyers sans électricité dans le nord-ouest

Rennes (AFP) – Les vents violents qui ont balayé dans la nuit de samedi à dimanche le nord-ouest de la France avec des rafales jusqu’à 160 km/h ont fait un blessé grave et privaient d’électricité dimanche matin environ 75.000 foyers.

Dimanche matin, la préfecture des Côtes d’Armor signalait trois blessés: la conductrice – dans un état grave – et le passager d’une voiture qui a percuté un tronc d’arbre tombé sur la route et un agent d’Enedis légèrement blessé en intervention cette nuit.

Les autres préfectures, contactées par l’AFP, ne recensaient pas de dégâts majeurs et rapportaient principalement des chutes d’arbres et de toitures arrachées. Elles ne signalaient ni victime ni accident sérieux.

D’après un bilan fait par l’AFP, les sapeurs-pompiers ont effectué un peu plus de 600 interventions dans la nuit en Bretagne, majoritairement dans le Morbihan (277 interventions, dont 223 pour des chutes d’arbres).

C’est surtout le réseau électrique qui était touché. Au plus fort de la coupure, Enedis (ex-ERDF), qui gère le réseau de distribution d’électricité, signalait 40.000 foyers privés d’électricité en Normandie, 18.700 en Bretagne et 16.500 en Pays-de-la-Loire.

Dans cette dernière région, seule la Mayenne avait été placée en alerte orange par Météo-France, la Loire-Atlantique ayant essuyé le plus de coupures (9.000). A 11 heures, la moitié des foyers avaient déjà été rétablis dans la région ligérienne.

En Normandie, les coupures touchent principalement le département de la Manche. Selon la préfecture, 15.000 à 18.000 foyers en sont victimes. En Calvados, ils sont 6.500. A 9 heures, on ne comptait plus que 33.000 foyers non alimentés.

Côté breton, 2.100 foyers sont privés de courant en Ille-et-Vilaine, 9.100 dans le Morbihan, 2.300 dans les Côtes d’Armor et 5.200 dans le Finistère, soit un total de 18.700.

Selon Enedis Bretagne, 300 professionnels sont sur le terrain dans les quatre départements bretons pour rétablir le courant. Un retour à la normale est attendu avant la fin de journée dans les trois régions touchées.

Après avoir placé la Bretagne et la Normandie en vigilance orange pour la nuit de samedi à dimanche, Météo-France a levé son alerte dimanche matin. La Mayenne a également été jugée hors de danger.

Seuls trois départements du nord-ouest restaient placés en alerte orange pour vents violents: le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme.

Selon Météo-France, il s’agit d' »une tempête commune en mer, de l’Atlantique à la Manche, et (d’un) fort coup de vent sur le nord-ouest de la France ». Il s’agit, précise-t-elle, d’un « événement se produisant trois à quatre fois par an ».

« Le vent reste encore fort durant les heures prochaines avec des rafales de vent de sud-ouest généralement de 80 à 100 km/h dans l’intérieur, localement 100 à 110km/h en particulier à l’ouest d’une ligne Abbeville-Lille. Sur le littoral, les rafales atteignent 110 à 140 km/h, et peuvent continuer d’approcher les 160 km/h sur les caps en cours de matinée », détaille le service météorologique. « Le vent va progressivement faiblir par l’ouest durant la fin de matinée et début d’après-midi », annonce-t-il.

Par ailleurs, Météo-France a élargi dimanche matin la vigilance orange à trois départements du centre est du pays : la Loire, la Haute-Loire et le Rhône, où un « fort coup de vent est prévu dimanche en soirée ».

« Au fil de cette journée de dimanche, le vent de sud va se renforcer de l’est de la Haute Loire au bassin lyonnais, les rafales pourront dépasser les 80 km/h. En soirée et nuit, le vent y deviendra violent : des plateaux de Haute Loire à l’agglomération de Saint-Etienne et à la vallée du Gier et jusqu’au sud de l’agglomération lyonnaise, des rafales dépasseront les 100 km/h, plus ponctuellement 110 à 115 km/h. Cet épisode de vent violent se poursuivra en journée de lundi », toujours selon Météo-France. 

Une personne regarde les bateaux secoués par la houle lors d'une tempête à Auderville, le 8 février 2016 dans la Manche. © AFP

© AFP/Archives CHARLY TRIBALLEAU
Une personne regarde les bateaux secoués par la houle lors d’une tempête à Auderville, le 8 février 2016 dans la Manche

6810c9c3902acaac749bc5df9ae6ffba907b3e0d
Article précedent

Voile: maintenant objectif Bermudes et la Coupe de l'America 2017 pour Ben Ainslie

72b275dc603a7b65a31898c83455fe860dfa3374
Article suivant

Primaire de la droite: premier tour à suspense

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Vents violents: 75.000 foyers sans électricité dans le nord-ouest