EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Violence : même pour du jus d’orange … – Edito 06/02/2018

Un petit rappel contextuel d’abord : cette semaine se joue le procès aux assises de celui qui a massacré ce pauvre Sandy Ellacott à Bora et ses complices, on parle de la violence intra familliale tous les jours, la presse se fait l’écho régulièrement d’autres types de violence et du sentiment d’insécurité grandissant. Cette introduction pour vous dire quoi ? Tout simplement qu’hier ma prise d’antenne à 8h pour le Radio Show ne s’est pas faite en retard juste à cause de la circulation. En arrivant en voiture près de nos locaux pour me garer, j’entends hurler dans la rue, ça venait de l’accueil de Radio 1. Je tourne la tête et là je vois un homme excédé se tenant à côté de notre porte d’entrée dont la vitre était explosée. Je me gare à toute vitesse et je vais voir ce qui se passe apercevant en même temps le monsieur en colère s’éloignant rapidement.  Mes deux charmantes collègues dont les bureaux sont au rez-de-chaussée étaient encore sous le choc, elles ont géré la situation avec le plus grand calme, elles avaient eu le temps d’appeler la police. Des bris de verre partout, du sang, il s’était blessé. Mais pourquoi ? Qu’est ce qui pouvait bien mettre dans un tel état cette personne. Etait-ce un fan de Dany Boon qui ne se remet pas de l’annulation du spectacle malgré le remboursement collectif ? Non, ce serait too much … En fait on ne trouvait juste pas son nom sur la liste de nos gagnants Tiare Fm qui avaient remporté … du jus d’orange.

Deux secrétaires agressées verbalement, menacées physiquement, une porte explosée, une entaille profonde sanguinolente, tout ça pourquoi ? Pour du jus d’orange. Là monsieur tant mieux qu’on n’ait pas trouvé votre nom, c’était pas la peine de vous rajouter de la vitamine C vous étiez déjà assez speed. S’exposer pour des motifs aussi futiles à de la prison, à de fortes amendes, et au remboursement du préjudice, ça va lui faire cher le litre de jus. Quel dommage. Parce qu’évidemment et ce n’est pas de gaieté de cœur, mais il ne faut pas cautionner ce genre d’attitude, et une plainte à la DSP a bien été déposée par notre Direction. Il est inacceptable et ne fait qu’elle qu’en soit la raison on en vienne à détruire le bien d’autrui, à s’auto mutiler, et à menacer des femmes de les frapper.

Le souci c’est que c’est un exemple parmi d’autre. Cela arrive tous les jours, partout autour de nos îles. On dirait qu’il y a toujours une bonne raison pour justifier le pétage de plomb qui fait qu’on lève la main sur quelqu’un d’autre. Ce n’est pas quelque chose qu’il faut accepter. Moi ça me fou en rogne de voir des jeunes se partager des vidéos locales de combats de rue où on croit démontrer de la virilité alors qu’en vrai on se range au niveau d’une bête, et encore, les animaux ne se tapent pas sans raison, et encore moins ne se mettent à mort quand leur propre survie n’est pas en jeu. Non être violent ce n’est pas normal, oui si vous êtes violent il faut vous faire soigner ou prendre le risque qu’on vous mette hors d’état de nuire avant que l’irrémédiable ne soit commis. Il y a des petites pilules qui s’avalent très facilement avec … un trait de jus d’orange.

Article précedent

Un forcené attaque Radio 1 pour du jus de fruit

Article suivant

Punaauia, commune riche qui n’investit pas

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Violence : même pour du jus d’orange … – Edito 06/02/2018