EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Violences éducatives et progrès de l’espèce humaine – Edito 30/04/2021

Pour le coup maintenant je me méfie quand il s’agit de rebondir sur une journée mondiale. Si vous m’avez lu ou entendu hier, vous savez pourquoi. La tentation est aujourd’hui quand même extrêmement forte, en ce vendredi on célèbre la non-violence éducative. Année après année, les études tombent et confirment ce dont on se doutait déjà, la fessée, l’insulte, l’humiliation ont des répercussions pouvant être sévères sur le développement de l’enfant. Est-ce à dire que parce que le jour où vous n’avez pas su vous retenir, que vous avez giflé votre gamin parce qu’il était insupportable, vous avez potentiellement fait de lui un futur psychopathe ? C’est terrible à dire, mais en fait, peut-être. Vous comprendrez donc que dans le doute, tout faire pour s’abstenir d’avoir la main leste, doit prévaloir.

Je précise quand même que par violence éducative on comprend bien fessée, ou baffe, et pas séance de torture au balais niau ou avec un bambou ou un bout de tuyau d’arrosage pendant plusieurs minutes. Ni même « tabassage » en règle à coups de poings et de pieds. Alors autant vous dire si l’on en croit les études auxquelles je faisais référence que sous nos latitudes il n’est pas exclu que l’on se retrouve dans les années à venir à devoir composer avec des hordes de futurs sociopathes. Je n’aurais pas dû le dire ça ? Tant pis, c’est fait.

Je vais quand même bifurquer sur un sujet bien moins polémique puisqu’en ce 30 avril c’est aussi la journée mondiale des mobilités et accessibilités. Quand on voit le parcours du combattant des personnes en fauteuil roulant à Papeete, que même si on peut saluer les derniers aménagements effectués par la municipalité, on voit bien que rien n’est gagné. Mais il y a de l’espoir, et il est encore une fois à mettre dans la catégorie « incroyable mais vrai c’est fou ce que la technologie a le potentiel de tout changer ». En effet, on apprenait hier que des chercheurs étaient parvenus à mettre sans fil en interface un cerveau humain et un ordinateur. Par la pensée, traduite en signaux électriques, une personne handicapée pouvait taper du texte à distance ou bouger un curseur sur une tablette numérique. Ce sont les prémisses de futurs développements qui permettront plus tard de pouvoir commander son fauteuil électrique. Et encore plus loin dans le temps, de prendre le contrôle d’un exo squelette qui redonnera une mobilité s’approchant de ce qu’il est possible de faire normalement avec des membres fonctionnels.

Notre corps et notre santé sont finalement tellement fragiles que ceux qui imaginent le futur de notre espèce passant par le transhumanisme paraissent de moins en moins être des illuminés. Pour surmonter les maux on sera devenu en partie robot, manquera plus qu’à nous injecter le programme « ne démonte pas ton gosse dès qu’il t’agace », et ça achèvera le tableau.

Article précedent

LA PASSION DU VIN 30/04/2021

Article suivant

Un concours du bâtiment le moins énergivore

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Violences éducatives et progrès de l’espèce humaine – Edito 30/04/2021