EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Voyage a Dubaï annulé : un caprice d’Emir ? – Edito 16/06/2017

Tout le ramdam autour de ce voyage à Dubaï pour plusieurs dizaines de danseurs et musiciens locaux a finalement accouché d’une souris. Ce qui est dingue c’est que j’apprends que tout s’est fait simplement sur la parole donnée. Il n’y avait aucun contrat. Toutes ces personnes qui vont manquer le Heiva, car c’est trop tard maintenant, qui ont déposé des congés, et s’étaient organisés, se retrouvent le bec dans l’eau.

Quelqu’un me demandait hier si je pensais que cela pouvait être un caprice de riche. Et bien moi je pense que oui. La raison officielle est soi-disant que les tensions sont fortes dans la région, que la sécurité est la cause de cet ajournement qui ne serait pas une annulation. Rassurez-moi, personne de censé n’a réellement cru à ça ? Si ? Dommage, car je vous signale que l’on parle de Dubai là, qui s’est quasiment complètement reconverti dans le tourisme de masse, et qui en plein mois de juillet va faire le plein de touristes et qu’ils feront tout pour les protéger. Avec plus de 15 millions de visiteurs l’an passé vous pensez sérieusement qu’ils garderaient leurs resorts ouverts cet été s’ils avaient le moindre doute d’un embrasement ? C’est tout le potentiel de la destination qui est en jeu. Les tensions il y en a, certes, mais elles sont géopolitiques, diplomatiques pour le moment, et concernent véritablement les relations des Emirats Arabes Unis et Qatar qui est isolé et mis au ban pour ses supposées relations avec le terrorisme islamiste.

Aujourd’hui il n’y a plus aucun grand pays, aucune grande ville touristique au monde qui ne soit à l’abri d’un attentat. Il n’y a pas un mois qui passe sans que cela nous soit confirmé. On doit tous en prendre conscience. C’est dans ce monde-là que l’on vit aujourd’hui. Et si ce n’était pas des attentats qui seraient craints mais un bombardement, l’éclatement d’une guerre jusqu’aux portes de Dubaï un peu de sérieux, là on cède à des peurs irrationnelles. Ce serait la 3ème guerre mondiale.

Donc voilà, je ne crois pas une seule seconde à cette pseudo excuse. Pour moi, l’Emir a fait un caprice, il est passé à autre chose.

Quel que soit le niveau de fortune et de notoriété de quelqu’un, son statut social ne l’autorise pas à s’exempter des pré-requis fondamentaux dans tout business. Et ceux qui laissent faire et marchent à la confiance aveugles cautionnent finalement ce qui aujourd’hui les lèse et les frustre. C’est le métier qui rentre.

Article précedent

L'affaire des recettes communales ira au Conseil d'Etat

Article suivant

Échangez vos vieux casques contre des neufs

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Voyage a Dubaï annulé : un caprice d’Emir ? – Edito 16/06/2017