INTERNATIONALJO-2016SPORT

JO-2016: de l'or, des larmes et du bronze sur tapis vert pour les Bleus

Rio de Janeiro (AFP) – Parker humilié pour sa fin de carrière internationale, après une cinglante défaite contre l’Espagne, mais les Vestes bleues en or en saut d’obstacles: les JO de Rio ont offert toutes les émotions à la France mercredi, avec même une médaille sur tapis vert pour Mekhissi sur 3000 m steeple.

92-67: le score est humiliant pour « TP », Nicolas Batum and co., qui n’ont jamais existé face aux Espagnols, doubles vice-champions olympiques. Et fin de carrière en bleu donc pour Parker, après presque 16 années de bons et loyaux services et un titre de champions d’Europe en 2013 pour apothéose.

Pour le meneur de jeu de San Antonio, c’est le retour aux Etats-Unis maintenant: les JO sont terminés pour le quadruple vainqueur de la NBA, qui ne rejoint donc pas en demi-finale des JO les « Experts », leurs homologues féminines du hand ou les « Braqueuses » du basket.

Les yeux rougis, Parker a quitté la scène en enlaçant ses partenaires, puis en tombant dans les bras de Pau Gasol, le géant Catalan, encore une fois parfait dans son rôle de bourreau côté espagnol.

Ces larmes de tristesse du meneur de jeu de l’équipe de France de basket, qui perd également Florent Piétrus et Mickael Gelabale, ont bien sûr fait écho à celles, mardi soir, de Renaud Lavillenie, hué et sifflé sur le podium dans le stade olympique, à l’heure de recevoir sa médaille d’argent du concours à la perche.

– Rozier: Philippe après Marcel –

Cette image restera probablement comme une des plus fortes de ces JO de Rio: Lavillenie qui craque et pleure, puis part se réfugier sous une tribune, où il est réconforté par Serguei Bubka, l’ex-tsar de la perche.

Mais les larmes étaient aussi de joie mercredi dans le camp tricolore, et notamment du côté des Vestes bleues de l’équitation. Après l’équipe du concours complet, elle aussi en or la semaine passée, les cavaliers ont récidivé à Deorodo, en saut d’obstacles par équipes cette fois, 40 ans après l’exploit de leurs prédécesseurs à Montréal en 1976.

Symbole: le fils, Philippe Rozier, succède à son père Marcel, l’un de ces héros de 1976. Avec ses partenaires Kevin Staut, Roger-Yves Bost et Pénélope Leprévost.

Et joie aussi, plus contenue, pour les « Experts », qualifiés en demi du tournoi de hand avec une victoire relativement aisée 34-27 contre les Brésiliens. Toujours en lice, donc, pour un troisième titre olympique consécutif, il leur faudra maintenant affronter l’Allemagne, championne d’Europe.

Pour Mahiedine Mekhissi, ce fut les deux: la peine, puis la joie, en différé. Double vice-champion olympique du 3000 m steeple, il rêvait d’une troisième médaille d’affilée sur la piste. Voire d’une victoire, enfin, contre l’armada kényane. Mais c’est d’abord la 4e place qui lui revient, la pire.

– Mekhissi rejoint Mimoun –

Mais Mekhissi porte réclamation contre le Kenyan Ezekiel Kemboi, le médaillé de bronze, qui aurait « coupé le virage à la mi-parcours ». Et le verdict tombe, vers 17h30 locales: le Kényan est déclassé, Mekhissi remonte sur le podium, et rejoint ainsi dans l’histoire un certain Alain Mimoun, lui aussi médaillé sur trois JO d’affilée (1948-1952-1956). Mais il est le seul à avoir été médaillé trois fois de suite sur la piste, Mimoun n’ayant été médaillé que sur le marathon en 1956…

Une médaille de bronze inespérée donc, soit 31 médailles désormais au total pour les Bleus, dont huit en or. Avec les trois médailles virtuelles de la boxe, dont le métal n’est pas encore connu, le cap des 35 breloques de Londres est déjà quasiment atteint.

Bref, du suspense au programme. Et jusqu’au bout, avec évidemment un contre-appel des Kényans, rejeté moins d’une heure plus tard…

Pas de suspense, par contre, pour Neymar et Bolt. Le premier a marqué deux buts, dont une première fois au bout de 15 secondes, et envoyé le Brésil en finale du tournoi de foot, après sa victoire 6-0 contre le Honduras.

Quant au second, 72 heures après son troisième titre olympique d’affilée sur 100 m, il est attendu en soirée en demi-finale du 200 m, la seconde manche de ce triple-triple annoncé: trois victoires sur trois JO consécutifs sur 100 m, 200 m et au relais 4×100 m. Et sauf chute ou météorite, on voit mal qui pourrait empêcher « l’éclair » de se qualifier pour la finale de jeudi.

Un nouvel exploit d’Usain Bolt permettrait au CIO d’occulter en partie l’arrestation à son hôtel de l’un de ses hauts dirigeants, l’Irlandais Patrick Hickey, président des Comités olympiques européens (EOC) et membre de la commission exécutive du CIO, au petit matin, dans le cadre d’une enquête sur un réseau de vente illégale de billets pour les Jeux de Rio.

Ce coup de filet fait suite à d’autres arrestations et plusieurs mandats d’arrêt ont été lancés visant d’autres personnes. A la base du dossier: 781 billets qui auraient été revendus à des prix bien supérieurs à leur valeur faciale, pour des recettes « d’au moins 10 millions de réais », soit 2,8 millions d’euros.

Tony Parker éliminé avec l'équipe de France par l'Espagne lors des Jeux de Rio, le 17 août 2016. © AFP

© AFP EMMANUEL DUNAND
Tony Parker éliminé avec l’équipe de France par l’Espagne lors des Jeux de Rio, le 17 août 2016

Article précedent

Rixe en Corse: deux des cinq gardés à vue remis en liberté

Article suivant

Rixe en Corse: procès jeudi de cinq hommes pour leur implication présumée

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

JO-2016: de l'or, des larmes et du bronze sur tapis vert pour les Bleus