JournauxPodcasts

Journal de 12:00 le 16/07/13

Nouvelle expulsion à Outumaoro © Stéphanie BRIAS

SOCIETE :

Nouvelle expulsion à Outumaoro

Stupeur pour les 10 familles installées sur le premier remblai menant au lycée hôtelier de Punaauia à Outumaoro : à 6h ce matin, une dizaine de véhicules de la gendarmerie et 4 camions de la Présidence avec des employés de celle-ci ont procédé à l’expulsion des familles et à la destruction des baraquements. Sur les 10 familles concernées, 3 ont accepté la proposition de relogement du Pays, dans des logements de transition de l’OPH. Les autres sont parties dans le calme pour la plupart dans leurs familles. Une d’entre elles doit repartir à Fakarava par bateau. Selon Marcel Tuihani, le ministre du logement et des Affaires foncières, ces familles seront suivies par les services de l’OPH. Les drapeaux de la République Hau Pakumotu qui flottaient à Outumaoro ont eux aussi disparu en quelques heures. La trentaine de familles restantes sur la deuxième parcelle est encore sous le choc.

JUSTICE :

Rere Puputauki est mis en examen pour enlèvement et séquestration

L’information a été révélée ce matin par nos confrères de la presse écrite. L’ancien chef des GIP a été convoqué hier dans le bureau du juge d’instruction Jean-François Redonnet. Il été auditionné dans le cadre de l’affaire de la disparition du journaliste Jean-Pascal Couraud en 1997. Puis il a été mis en examen pour enlèvement et séquestration. L’entretien aura duré moins d’une heure, une heure durant laquelle le chef des GIP au moment des faits aura vivement et fermement contesté ces accusations qu’il estime injustifiées. Rappelons que cette mise en examen fait suite à celles de Tutu Manate et Tino Mara le mois dernier, eux aussi anciens employés du GIP et accusés de meurtre avec enlèvement et séquestration. Pour l’avocat de Rere Puputauki, Vincent Dubois, cette mise en examen est un cadeau fait à la famille Couraud. Rappelons que Rere Puputauki est actuellement incarcéré à Nuutania. Depuis un an, il y purge deux peines pour travail dissimulé et homicide involontaire dans l’affaire du Tahiti Nui IV.

POLITIQUE :

Les députés polynésiens votent contre la loi de bioéthique

Les députés Edouard Fritch et Jonas Tahuaitu ont participé hier à l’Assemblée nationale au vote sur la « Loi relative à la bioéthique en autorisant sous certaines conditions la recherche sur l’embryon et les cellules souches humaines ». Les trois députés, rattachés au groupe UDI, ont voté contre. Pour l’UDI, cette loi vient créer un manque d’exigence sur la recherche et le groupe regrette qu’un « certain nombre de remarques du comité national d’éthique, notamment sur la présomption de personnalité humaine dans les cellules souches », n’aient pas été prises en compte. L’UDI regrette également que seule l’agence de biomédecine décide de la pertinence des recherches. Pour le groupe, il s’agit d’un abandon de la responsabilité politique. Selon un communiqué du député Edouard Fritch, « le vote des députés polynésiens est aussi le reflet d’une grande majorité des Polynésiens qui, attachés à la dignité humaine, ne sont pas favorables aux recherches sur l’embryon et les cellules souches ».

FAIT DIVERS :

Un incendie s’est déclaré hier à Moorea

Le propriétaire d’un terrain à Haapiti a signalé hier au centre opérationnel, qu’un incendie se serait déclaré à proximité de son habitation. Le feu aurait pris dans des cartons et des restes d’un tas de bois. L’homme, inquiet, pensait que l’origine du feu ne pouvait être que volontaire. La brigade de gendarmerie de Moorea est alors arrivée sur place et a constaté que l’incendie provenait d’un tas de déchets de chantier, dans lequel se trouvaient des palettes, du carton ou encore de l’herbe tondue. Les enquêteurs n’ont découvert aucune trace laissant présumer à un acte malveillant. Les pompiers sont vite parvenus à éteindre l’incendie. L’enquête est diligentée par la Brigade territoriale de Moorea.

SOCIETE :

Une délégation d’adolescents est partie pour les JMJ

20 adolescents tahitiens du Mouvement Eucharistique des Jeunes ont quitté le fenua hier pour assister aux JMJ, les Journées Mondiales de la Jeunesse, qui ont lieu cette année à Rio de Janeiro, au Brésil. Ils s’engagent pour un périple d’une vingtaine de jours vers l’île de Pâques, Santiago du Chili, Sao Paulo et enfin Rio de Janeiro. Sur place, ils incarneront l’image de la Polynésie française et assisteront notamment à une veillée en présence du pape François. Ces jeunes ont été reçus par Gaston Flosse vendredi. Le président leur a remis le drapeau de la Polynésie française en déclarant que « c’est notre drapeau. Vous saurez par votre exemple, votre conduite et vos prières lui faire honneur ». Les Journées mondiales de la Jeunesse rassemblent chaque année plus de trois millions de jeunes venus de tous les continents. Au total, c’est près d’une centaine de jeunes polynésiens de différentes associations catholiques qui seront présents à cet événement.

CULTURE :

Les Etats-Unis viennent danser au Heiva

A l’occasion du Heiva, le groupe de danse américain Nonosina interprétera, demain soir, son spectacle « Tumu » sur la scène de la place To’ata. Nonosina a été créé en 1965 par une passionnée de Ori Tahiti, l’arrière-grand-mère de l’actuel leader de la troupe. Depuis, Nonosina fait vivre la culture tahitienne en Californie. Venus principalement de Los Angeles, les 150 artistes qui seront présents sur scène interprèteront un spectacle dédié à la nature et aux arbres, source de vie, de protection et de nourriture. La troupe de danse Nonosina a remporté de nombreux concours de danse tahitienne à travers le monde. Sa participation au Heiva n’est qu’à titre démonstratif puisqu’il s’agit d’un groupe venu de l’étranger.

Les courses de porteurs de fruits, c’est aujourd’hui

Après deux jours consacrés aux jeux traditionnels 2013 ce week-end, les épreuves continuent aujourd’hui dans les jardins de Paofai, à Papeete. Dès 13h, vous pourrez assister à la pesée des charges. A 15h30, commenceront les courses de porteurs de fruits toutes catégories, avant un spectacle traditionnel à 17h30. Vous pouvez donc soutenir les centaines d’athlètes qui vont parcourir 1,2 km avec des charges de 15, 30 ou encore 50 kg.

Dauphin © Forces armées de Polynésie française
Article précedent

Un poti marara secouru au nord de Moorea

Contrôle budgétaire © APF
Article suivant

Réunion de la commission de contrôle budgétaire

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Journal de 12:00 le 16/07/13