ACTUS LOCALESSANTÉ

Ça bloque aux blocs du CHPF !


Après le départ et le non remplacement de neuf infirmiers spécialisés pour le bloc opératoire, deux salles d’opération sur huit au CHPF de Taaone ont dues être fermées et ce depuis près d’un mois. Conséquences, de nombreuses interventions chirurgicales ont été reportées mettant ainsi à mal le fonctionnement de cette partie essentielle de l’hôpital.. 

Le problème de la fermeture de salles d’opération au CHPF de Taaone pour manque d’infirmiers qualifiés devient récurrent et les chirurgiens n’en peuvent plus. Les centrales syndicales tirent la sonnette d’alarme sur le manque de « personnel spécialisé » après le départ de neuf infirmiers. Plusieurs d’entre eux étant partis dans le privé car « beaucoup plus attractif » selon les centrales syndicales. Le président du syndicat des praticiens hospitaliers de Polynésie française Marc Levy affirme d’ailleurs que « en avril-mai il y a eu une fermeture pendant six semaines (des blocs NDLR) et actuellement on en est à pratiquement un mois de fermeture et aucune solution n’est trouvée ».  Les centrales syndicales demandent à ce que ce problème soit très rapidement résolu. Car actuellement pour pallier à ce problème et toujours selon les syndicats « les équipes du bloc opératoire sont obligées de travailler de nuit alors que les opérations auraient pu être effectuées pendant la journée. Ce rythme de travail devient insoutenable et est nuisible à la qualité des opérations ».

Les centrales syndicales demandent donc à ce qu’une solution soit rapidement trouvée et plus globalement que le statut des infirmiers en Polynésie soit revu afin de faciliter le recrutement de personnel qualifié. Contacté le Ministre de la Santé n’a pas souhaité faire de commentaires.

Article précedent

Le cancer du sein deuxième cause de mortalité féminine en Polynésie

Article suivant

Formation: la FTF a proposé une formation de recyclage aux entraineurs de football

6 Commentaires

  1. Taaroa
    26 septembre 2017 à 4h34 — Répondre

    Cet hôpital est l’héritage de la folie des grandeurs d’un homme qui se voyait metua mais qui n’était qu’un prédateur sexuel et financier. Dieu merci, le Mahana beach ne verra jamais le jour mais il reste la folie aquacole de Hao. Faudra t’il attendre les prochaines élections pour se débarrasser de ce projet en votant contre le tapura.?

  2. Chaval
    26 septembre 2017 à 5h52 — Répondre

     » Contacté le Ministre de la Santé n’a pas souhaité faire de commentaires. » Et bien voilà, c’est clair, en gros : « Débrouillez vous ce n’est pas mon problème ! » C’est quoi alors son problème au ministre de la SANTE ?

  3. simone grand
    26 septembre 2017 à 8h05 — Répondre

    c’est tout le pb de la politique flossienne qui a tout misé sur le tape à l’oeil d’un bâtiment où, en plus, certains auraient semble-t-il économisé sur la qualité de la construction. Un politicien intelligent et sérieux aurait réuni les conditions pour des soins de qualité. Alors que là on a un bâtiment aux normes de sécurité douteuses, où la climatisation explose les coûts de fonctionnement et il n’y a plus assez d’argent pour garantir le recrutement des personnels motivés. Décidément, le statut d’autonomie dans le domaine de la santé met en évidence des incompétences avérées et hurlantes dans notre personnel politique.

  4. Teina
    26 septembre 2017 à 13h50 — Répondre

    Que le mammouth qu’est le chpf arrête de se plaindre pour nous faire pleurer. Il y a 1800 agents hospitaliers au Taaone à comparer au rikiki de 600 qui travaillent hors de Tahiti. FIU de voir les politiques de toujours donner aux riches du Taaone et d’oublier les démunis des iles. Pas de médecins ou infirmiers à HivaOa, Hao, Maupiti, etc…

    • Tavita
      27 septembre 2017 à 3h07 — Répondre

      Merci de ta franchise,Teina, grace à ton commentaire je commence à comprendre que c’est tout le service de santé en Polynésie qui est défaillant. Pourquoi ne pas interroger la personne en charge de l’administration de la santé ? Non pas le Ministre, mais le ou la « Chef » du service de la santé ? Cette personne, qui qu’elle soit, doit avoir des réponses.

  5. TEIHO
    27 septembre 2017 à 8h55 — Répondre

    Eh ben si le ministre de la santé a l’air de s’en ficher c sûrement que leur parti le Tapura est sûr de remporter les élections qui arrivent bientôt chez nous!ils peuvent se lâcher quoi !non mais c sûr que c beaucoup plus attractif de travailler ailleurs que dans cet hôpital où défilent des centaines de patients!c plus gratifiant de se mettre à son compte(conditions meilleures qu’à l’hôpital en tout cas)même avec les contraintes(lloyers et compagnie!)d’autant plus que les dispositifs de la CPS sont plus qu’avantageux dès que l’on en comprend les rouages!se rajoute à ça que TOUT est fait pour pour pousser la population à se tourner vers la médecine libérale,à limiter l’accès aux dispensaires presque uniquement réservés aux RST,comme si les salariés n’ont pas des mois difficiles!il’n’y a pas de manque d’infirmiers ou autre personnel soignant,médecins,non!c pas vrai!y a un manque de considération des malades dont on exploite les maladies pour créer des structures,du personnel etc!la CPS finance point!c scandaleux!faut voir en France où vraiment le personnel soignant,le monde médical,bosse comme pas possible,on peut comprendre qu’il pètent les plombs là-bas c pas des centaines qu’il gère,ce sont des milliers en tout genre,en plus des cas sociaux graves qui insultent,agressent…!.faut arrêter là!…et vous ministre ma,là,vous vous êtes passés le mot ou quoi!y a nos étudiants pour leur master qu’on laisse à leur triste sort qui ne semble pas émouvoir notre ministre actuelle de l’éducation!c à regretter l’ancienne ministre Nicole SANQUER qui agit,propose une solution,même si elle sait qu’on n’est pas de son parti le TAPURA!) et maintenant c le ministre de la santé!aoué pauvre de notre nunaa!

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Ça bloque aux blocs du CHPF !