ACTUS LOCALESSANTÉ

Le cancer du sein deuxième cause de mortalité féminine en Polynésie

©

Comme dans plusieurs autres pays, la Polynésie a choisie de s’associer à l’évènement « Octobre rose » pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein. En Polynésie, il est la deuxième cause de mortalité chez la femme. Pourtant les femmes peinent encore à passer l’étape de la mammographie.

« Je prends soin de mon corps, je fais ma radio des titis ». Cette année encore, le ministère de la santé s’associe à l’opération mondiale « Octobre rose » pour mettre en avant les cancers féminins et particulièrement le cancer du sein. « Malheureusement le dépistage se fait encore un peu trop tard » déplore le ministre de la santé, Jacques Raynal. En Polynésie, le cancer du sein est la deuxième cause de mortalité chez la femme avec 28 décès par an. Il est donc encore important de rappeler qu’à partir de 50 ans, toutes les femmes peuvent bénéficier d’une consultation gratuite avec mammographie auprès d’un spécialiste tous les deux ans. Pourtant, certaines femmes refusent de faire la démarche, « elles ont peur » explique Patricia Putoa-Grand, la présidente de La ligue contre le cancer.

Comme l’année dernière, plusieurs témoignages seront diffusés sur les chaines de télévisions. L’humoriste Kura revient également pour Octobre rose, et après s’être palpée les seins l’année dernière, cette fois-ci elle va à une mammographie. L’occasion pour la direction de la santé de dédramatiser la consultation. Un technique qui porte ses fruits puisque l’année dernière, une augmentation de 52 % des mammographies par rapport à 2015 a été constatée. « L’objectif est d’informer le maximum sur la nécessité absolue de se faire dépister » précise Patricia Putoa-Grand. Une sensibilisation qui se fait auprès des femmes de plus de 50 ans mais aussi auprès des plus jeunes. « Un cancer du sein chez une jeune femme est encore plus grave » averti Jacques Raynal. En effet, les cellules se développent plus rapidement dans un organisme jeune. Patricia Putoa-Grand rappelle donc que l’autopalpation est une pratique simple et qui peut sauver des vies.

Le 22 octobre, La ligue contre le cancer organise une journée spéciale dans le hall du Taaone de 9h30 à 16h30 avec des animations et surtout des séances d’information dans l’amphithéâtre. Il sera question du dépistage, de la radiothérapie et de la chimiothérapie avec une visite du service oncologie de l’hôpital.

Article précedent

Un chercheur polynésien passe au crible le PGEM de Moorea

Article suivant

Ça bloque aux blocs du CHPF !

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le cancer du sein deuxième cause de mortalité féminine en Polynésie