ACTUS LOCALESSANTÉ

Des tests de solidité pour décider l’avenir de la rotonde

Évoquée par le dernier rapport de la chambre territoriale des comptes sur le centre hospitalier, l’inoccupation de la rotonde de l’hôpital depuis 2017 doit être réglée prochainement. Le gouvernement et TNAD ont décidé ces dernières semaines de mener des « tests de solidité » sur la structure pour décider, une fois pour toutes, de rénover ou détruire le bâtiment.

Le dernier rapport de la chambre territoriale des comptes (CTC) consacré au centre hospitalier de Taaone s’attarde sur le problème de la rotonde -également connue sous le nom de bâtiment du « Centre 15 »– situé à l’entrée de l’hôpital. Occupé jusqu’en 2017 par l’Apurad et l’Apair, le bâtiment a rapidement révélé des problèmes de solidité. « Le 1er mars 2017, (des) travaux ayant révélé une fragilité de la dalle béton, le directeur du CHPF en exercice a décidé de faire réaliser deux rapports d’expertise. Ces derniers ont tous deux conduit à la conclusion d’un défaut de solidité de l’ouvrage, rendant ce dernier impropre à sa destination », détaille le rapport de la CTC.

Depuis l’évacuation du bâtiment il y a près de deux ans, l’assurance de l’hôpital et son expert n’ont toujours pas fait connaître leurs conclusions quant à la possible réhabilitation du bâtiment. Aujourd’hui, la CTC révèle que « le coût de démolition est évalué à 1,3 milliards de Fcfp » et que dans l’attente le bâtiment « génère pour le CHPF des dépenses d’entretien de 1,8 million de Fcfp par mois soit un montant annuel de 21,696 millions de Fcfp ».

Des tests de solidité

Selon les informations recueillies par Radio 1, le ministère de tutelle de l’hôpital et l’établissement Tahiti Nui Aménagement et Développement (TNAD) ont finalement décidé il y a quelques semaines de mener des tests de solidité sur la rotonde. Des résultats de ces tests dépendra l’avenir du bâtiment. S’ils sont concluant, des travaux de rénovation seront entrepris. S’ils ne le sont pas, le bâtiment sera détruit.

Article précedent

Le Centre Vaima veut faire annuler le gel de ses loyers

Article suivant

L'ensauvagement de notre jeunesse - Edito 31/01/2019

3 Commentaires

  1. simone grand
    1 février 2019 à 8h28 — Répondre

    Ah cet hôpital construit au temps où nous avions un président omniscient qui s’occupait de tous les détails de toutes les constructions, se rendant sur les chantiers aux aurores, y donnant des consignes en dépit des responsables désignés. Combien de temps allons nous payer les conséquences de son omniscience?

  2. Michel.R
    1 février 2019 à 17h07 — Répondre

    Je crois bien qu’on se mélange les pinceaux dans l’interprétation / affectation des chiffres parce que 1.3 Milliards rien que pour la démolition du bâtiment, c’est carrément délirant. >Un bâtiment ne coute pas (quasiment) aussi cher à sa construction qu’à sa démolition ! Pour mémoire, le « C15 » n’avait il pas couté 1.5 Milliard à l’origine ?

    • 1 février 2019 à 17h30 — Répondre

      Effectivement ça paraît énorme. La CTC parle de 1,3 milliard en mentionnant uniquement la démolition. Mais il est en effet possible qu’il s’agisse du chiffre pour une démolition/reconstruction. Nous essaierons de préciser l’information si cette option est choisie.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Des tests de solidité pour décider l’avenir de la rotonde