ACTUS LOCALESECONOMIE

Électricité : Bora Bora ouvre le bal de la péréquation

La mairie de Bora Bora, le Pays et EDT-Engie ont signé vendredi une convention pour l’application de la loi sur la solidarité dans le domaine de l’électricité. Une première d’une longue série : la plupart des communes sont appelées à rejoindre le dispositif avant la fin de l’année pour une application du nouveau système de péréquation au 1er janvier.

Attendue et préparée pendant de longues années, la loi sur la solidarité dans le domaine de l’électricité avait finalement été votée voilà bientôt un an à Tarahoi. Il avait encore fallu l’ajuster, en débattre avec les tavana, pas tous convaincus de son intérêt… Elle sera finalement effective au 1er janvier, et d’ici là une quarantaine de communes doivent signer des conventions d’application du dispositif. Bora Bora a ouvert le bal vendredi. Et pour son maire, Gaston Tong Sang aucune raison de rechigner à signer : ces conventions permettent d’étendre le système de péréquation appliqué à ses concessions par EDT depuis des années, à l’ensemble des îles de Polynésie. Une manière d’équilibrer les tarifs de l’électricité malgré des coûts de production qui peuvent varier du simple au quadruple en fonction de la taille de l’île, de son éloignement, et des équipements en place. « C’est la première signature d’une longue série », explique le ministre des Finances et de l’Énergie, Yvonnick Raffin, qui parle d’un élargissement « nécessaire » et un gain en transparence pour la gestion des réseaux électriques.

Le texte prévoit que toutes les communes adhérentes pourront – et devront – pratiquer un tarif d’électricité proche de celui de Tahiti, avec un battement possible de 20%. Elles appliqueront, en outre – et même si elles refusent le dispositif – une taxe de 6,30 francs par kilowattheure sur toutes les factures pour alimenter le fond de péréquation. En contrepartie, ce fond, chiffré à 4 milliards de francs, leur accordera des subventions pour équilibrer leur budget annexe d’électricité, bien souvent déficitaire et dépendant des transferts du budget général de la commune. Concrètement, Tahiti Nord, concession qui concentre 80% de la production et bénéficie des coûts de revient les moins élevés, financera l’intégralité du système de solidarité.

Une légère hausse à Tahiti Nord et de possibles « évolutions » ailleurs 

Cette nouvelle taxe était déjà inclus, en grande partie, dans le tarif pratiqué par EDT dans ses concessions. Les usagers de Tahiti Nord devraient tout de même observer, à partir du 1er janvier, une augmentation de 0,27 francs par kilowattheure de leur facture – soit une hausse de 0,7% – due l’intégration de nouvelles îles dans le système de péréquation. Un montant qui n’est pas fixe, puisque la nouvelle taxe de solidarité, plafonnée par la loi à 10 francs/kWh, est ajustable en fonction des besoins des communes. « Ca n’est pas exclu que ça évolue », reconnait le ministre. Évolution possible, aussi, du côté des grilles tarifaires dans les îles. « Ce qui était convenu contractuellement, c’est que tout changement législatif était neutre pour EDT, relève le PDG de la filiale locale d’Engie, François-Xavier de Froment. Comme le notaient le tavana et le ministre, il faudra certainement adapter les grilles tarifaires pour permettre à EDT de rester à l’équilibre dans ses comptes ».

Investir dans le renouvelable

Pour Gaston Tong Sang, qui assure que les doutes exprimés par de nombreux tavana sur ce nouveau système se sont révélés infondés, le fenua entre « dans une nouvelle ère de l’électricité ». Il explique que cette nouvelle péréquation va permettre à beaucoup de collectivités des îles, notamment celles qui fonctionnent aujourd’hui en régie, de « dégager des marges de manœuvre ». Son conseil, qui était aussi l’idée du gouvernement lors de la préparation de cette loi : que ces marges soient investies dans des outils de production plus verts et plus performants :

 

 

 

Article précedent

Le Téléthon 2021 n'a pas fait recette en Polynésie

Article suivant

Partage et dépassement de soi... Philippe Croizon distille ses messages au fenua

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Électricité : Bora Bora ouvre le bal de la péréquation