INTERNATIONAL

Emails: le FBI confirme ne pas vouloir poursuivre Hillary Clinton

Washington (AFP) – La police fédérale américaine a maintenu dimanche sa recommandation de ne pas poursuivre Hillary Clinton dans l’affaire de ses emails, une annonce choc qui a comblé le camp de la candidate démocrate à moins de 48 heures du scrutin présidentiel.

« Nous sommes heureux que cette question soit résolue », a réagi Jennifer Palmieri, directrice de la communication de Mme Clinton, à bord de l’avion servant à l’ex-secrétaire d’Etat pour sillonner les Etats-Unis.

Il s’agit d’un nouveau rebondissement de taille dans une campagne présidentielle américaine qui a stupéfié le monde par ses outrances, ses controverses et ses mises en cause personnelles.

A moins de deux jours de l’élection, difficile d’évaluer quel impact aura cet ultime virage du chef du FBI, James Comey, rendu public alors que les deux rivaux jettent leurs dernières forces dans la bataille pour la Maison Blanche.

Il y a dix jours, M. Comey avait adressé un bref courrier aux responsables du Congrès pour les informer que ses équipes avaient découvert de nouveaux messages relatifs à l’affaire de la messagerie d’Hillary Clinton, qui avait utilisé un serveur privé lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. 

Dans cette missive, véritable coup de tonnerre immédiatement exploité par Donald Trump, il restait cependant très évasif sur la portée réelle de cette découverte. 

– FBI successivement critiqué ou encensé –

La réponse est tombée dimanche après-midi, dans un nouveau courrier envoyé par le patron de la police fédérale.

L’équipe d’enquêteurs du FBI a « passé en revue toutes les communications faites ou reçues par Hillary Clinton pendant qu’elle était secrétaire d’Etat. Sur la base de cette enquête, nous n’avons pas changé les conclusions que nous avions exprimées en juillet en ce qui concerne Mme Clinton », a écrit James Comey.

En juillet dernier, il avait déjà annoncé que le FBI recommandait de ne pas poursuivre Hillary Clinton, et le ministère de la Justice n’avait donc pas inculpé l’ex-Première dame. 

James Comey avait toutefois souligné que l’ancienne secrétaire d’Etat avait fait preuve d’une « négligence extrême ».

Après avoir successivement critiqué puis réhabilité James Comey, d’abord pour l’absence d’inculpation puis pour avoir relancé l’enquête, les républicains ont de nouveau dimanche vilipendé le haut fonctionnaire.

« Comey doit subir une pression politique énorme pour flancher comme cela », a jugé un des fidèles alliés du milliardaire, Newt Gingrich.

Les démocrates, de leur côté, ont ces derniers jours accablé M. Comey, lui reprochant d’avoir violé les règles imposant de ne pas influencer un scrutin national, en annonçant des investigations supplémentaires sur les emails.

Mais bien évidemment ces critiques ont brutalement cessé dimanche.

« Nous avons toujours été confiants sur le fait que rien ne viendrait remettre en cause la décision (du FBI) de juillet. Le directeur Comey vient de le confirmer », a commenté Brian Fallon, porte-parole de Mme Clinton.

Entrée dans son sprint final, la course folle à la Maison Blanche de Mme Clinton et M. Trump semble en tout cas partie pour garder en haleine jusqu’au bout les Etats-Unis et la planète.

Le candidat républicain, qui prévoyait de se rendre dans pas moins de cinq Etats dimanche, reste en position de créer une déflagration mondiale en ayant le dessus sur sa rivale démocrate, malgré tout en tête des sondages. 

Nate Silver, grand gourou des analyses électorales américaines, donnait dimanche Mme Clinton gagnante à deux contre un. 

« Vaut mieux être dans ses souliers que dans ceux de Donald Trump », a-t-il résumé. « Mais sa position n’est pas vraiment très solide ». Ces déclarations ont toutefois été faites avant l’annonce du FBI.

– Ratisser le pays jusqu’au bout –

Pour Trump, le défi est clair: remporter une ribambelle des Etats pivots décisifs pour la victoire, en ralliant notamment les électeurs de l’Amérique rurale, et éventuellement parvenir à renverser en sa faveur un Etat penchant traditionnellement du côté démocrate.

D’où la volonté des candidats de labourer le pays jusqu’au bout, dans un rythme frénétique de réunions publiques séparées par des déplacements chronométrés en avion et convois automobiles rapides. Samedi Donald Trump a tiré des diagonales totalisant 7.200 kilomètres.

Au programme dimanche du magnat: l’Iowa, le Minnesota, le Michigan, la Pennsylvanie et la Virginie.

Hillary Clinton « est protégée par un système corrompu », a-t-il lancé dans un de ses meetings.

Les internautes ont remarqué que le républicain avait modifié son look capillaire souvent décrié, pour apparaître sans doute plus « présidentiel »: M. Trump a raccourci ses cheveux laqués, atténuant leur teinte orangée pour une couleur plus pâle.

Hillary Clinton à l'aéroport de Cleveland (Ohio), le 6 novembre 2016 . © AFP

© AFP Brendan Smialowski
Hillary Clinton à l’aéroport de Cleveland (Ohio), le 6 novembre 2016

ae2bcdc299e44867b925bbc34920347d7aa65776
Article précedent

Etats-Unis: rebondissements en série dans la campagne présidentielle

df3044a436c5921fdc5939ef497fdd6d947930bb
Article suivant

Mali: un Casque bleu togolais et 2 civils tués dans une attaque

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Emails: le FBI confirme ne pas vouloir poursuivre Hillary Clinton