ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Fritch défend le social par l’économie

Les élus de l’assemblée n’étaient pas très nombreux dans l’hémycicle lundi matin pour le traditionnel débat d’orientations budgétaires (DOB). Edouard Fritch a défendu sa « politique économique » nécessaire selon lui à une « bonne politique sociale ». Le budget sera transmis la semaine prochaine à l’assemblée pour un examen début décembre.

Premier à s’exprimer, Edouard Fritch a défendu un « budget de combat contre la misère » et un « budget de combat économique ». Un paradoxe qui ne gène pas le président du Pays : « Pour une bonne politique sociale, il faut une bonne politique économique ». Le chef du gouvernement a insisté sur sa promesse de stabilité fiscale avec la supression de la CSIS instaurée en 2013, la baisse de l’impôt sur les sociétés à 25% sur les quatre prochaines années et la stabilité de la TVA et de la CST sur la même période. Edouard Fritch a également annoncé l’exonération des droits et taxes sur les vêtements, sur les petites cylindrées et les deux-roues et enfin sur les manuels scolaires ou encore les équipements sportifs. A noter l’annonce d’une augmentation de la part du FIP versée aux communes de +1,6 milliards de Fcfp. Enfin, Edouard Fritch a également taclé les « fausses nouvelles » annoncées selon-lui par le Tahoeraa lors de ses réunions publiques, en confirmant notamment le maintien des CAE ou la tenue de la réforme de la PSG.

« Malheur aux pauvres ! »

Le Tahoeraa s’est découvert une sensibilité de gauche en demandant encore plus de social et même en taclant le Medef. « Malheur aux pauvres ! », a lancé la présidente du groupe orange, Teura Iriti, en assurant que le programme de son parti était bien plus axé sur le social et en dénonçant les « cadeaux au patronat » du gouvernement. Pour l’UPLD, Tony Geros a demandé d’avancer sur la réforme de la PSG, mais a surtout regretté le « contraste avec les projets pharaoniques annoncés depuis trois ans ». Tout particulièrement, le président du groupe UPLD a regretté l’absence d’explications et de remise en question sur les raisons de l’abandon du projet Mahana Beach. Edouard Fritch a conclut en indiquant que le projet de budget 2017 serait transmis à l’assemblée la semaine prochaine pour un examen début décembre.

© Cédric Valax
Article précedent

Un Dreamliner pour relier Auckland à Papeete

© Radio 1
Article suivant

Carrefour Punaauia fermé après un incendie

1 Commentaire

  1. Pavlova
    1 novembre 2016 à 8h29 — Répondre

    Fritch se rend-il compte des inepties qu’il tient publiquement ! Ou alors il devrzit changer de conseillers autour de lui

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Fritch défend le social par l’économie