ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

La Fape forme ses premières « éco-sentinelles »

Les « éco-sentinelles » dans un module sur l’agriculture alternative © Te ora naho – Fape

Près de 14 éco-sentinelles recrutées aux Australes suivent actuellement sur Tahiti et Moorea une formation sur le développement durable. Les associations Te mana o te moana et Paruru te tairoto o haapu interviennent notamment sur les problématiques de l’environnement marin auprès de ces bénévoles.

Du 18 au 22 juillet, la Fédération des associations de protection de l’environnement (Fape) dispense une « formation de base » aux premières « éco-sentinelles ». Pauline Sillinger, chef de projet, explique qu’une éco-sentinelle est un référent bénévole en matière de développement durable et de problématique environnementale. Pour le moment, la Fape se concentre sur les Australes où elle a recruté près de 14 éco-sentinelles en mars dernier. Des bénévoles sélectionnés pour leur engagement dans la préservation de l’environnement, mais aussi en raison de leur aptitude à parler le français et le tahitien, et à être de bons communicants.

Pauline Sillinger ne perd pas de vue l’objectif final du projet. Le réseau d’éco-sentinelles sera étendu à toute la Polynésie, lorsque celui des Australes sera bien installé.

La permaculture, la biodiversité marine, l’agriculture alternative… Autant de modules abordés pendant la semaine de formation. Des experts et des associations spécialisées dans le développement durable ont été mobilisés sur Tahiti, Moorea et Raiatea afin de « créer un lien » avec les éco-sentinelles.

Mila Charpentier, éco-sentinelle de Tubuai, est passionnée par l’agriculture biologique. Elle souhaite trouver des solutions alternatives à « l’agriculture intensive pratiquée aux Australes ».

Cette mère de cinq enfants s’inquiète de l’utilisation « abusive » d’engrais et de pesticide. Elle a découvert le concept de ferme permacole lors d’une sortie organisée à la ferme de Tipapa à Arue et compte l’appliquer chez elle dès qu’elle rentrera.

Suite à cette semaine de formation, la Fape organisera une mission d’échange inter-îles aux Australes à la fin de l’année. Les éco-sentinelles se réuniront afin de discuter des problématiques environnementales spécifiques à chaque île et des solutions qui ont été ou qui pourront être apporté. Des projets environnementaux pourront éventuellement être mis en place.

Article précedent

Michel Bourez éliminé aux portes des quarts à J-Bay

Article suivant

Une étude sur l'interdiction des sacs plastiques au fenua

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La Fape forme ses premières « éco-sentinelles »