ACTUS LOCALESPOLITIQUE

La succession houleuse de Bruno Barrillot à la DSCEN

© Cédric Valax

Le président Edouard Fritch a annoncé lundi que la question de la relève de Bruno Barrillot à la tête de la Délégation au suivi des conséquences des essais nucléaires (DSCEN) était « réglée ». En effet, Yolande Vernaudon est pressentie pour prendre la succession de Bruno Barrillot. Problème, plusieurs voix s’élèvent contre ce choix parmi lesquelles celle du président de Moruroa e Tatou, Roland Oldham, et du membre Conseil d’orientation sur le suivi des conséquences des essais nucléaires (COSCEN), Patrick Galenon.

Depuis son retour à la tête de la délégation en juillet 2016, Bruno Barrillot avait annoncé qu’il souhaitait préparer sa relève. En février dernier, le délégué expliquait qu’il essayait depuis « six mois » d’obtenir un adjoint qu’il pourrait former pour reprendre les rênes de la délégation : « Je vois les difficultés que j’ai pour avoir comme adjoint Heinui (Le Caill) et comment on me mène en bateau en me disant : c’est compliqué, car il est fonctionnaire d’Etat. C’est simplement politique (…) et c’est cela qui me hérisse ». Contacté, Heinui Le Caill confirme avoir été approché récemment par la présidence sur le sujet, mais sans plus de nouvelles aujourd’hui.

Yolande Vernaudon pressentie

Lundi, dans son discours en hommage à Bruno Barrillot, le président du Pays, Edouard Fritch, a annoncé que la question de la « relève » du Délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires (DSCEN) était « réglée ». En effet, selon nos informations, l’ancienne chef de l’inspection générale de l’administration, Yolande Vernaudon, est pressentie pour ce poste. Le président de Moruroa e tatou, Roland Oldham, confirme l’information mais s’oppose à cette nomination. Il dénonce le « manque d’expérience » de Yolande Vernaudon et parle de « bêtises politiques » du gouvernement.

De son côté, Patrick Galenon, membre du Conseil d’orientation sur le suivi des conséquences des essais nucléaires (COSCEN) confirme avoir été informé de cette nomination qu’il estime être une « trahison » de la mémoire de Bruno Barrillot.

Contactée mardi, Yolande Vernaudon n’a pas souhaité confirmer son éventuelle nomination, évoquant son « obligation de réserve ».

Article précedent

Trois personnes en garde à vue pour trafic d'Ice

Article suivant

Des milliards de recettes communales irrécouvrables

3 Commentaires

  1. 29 mars 2017 à 5h25 — Répondre

    Et voilà le résultat à peine Mr Barillot parti qu’ils vont se « bouffer » entre eux pour une succession, les Oldham, Galenon et consorts ,que des intérêts personnels avant tout. Ils sont lamentables .

  2. Moana
    29 mars 2017 à 7h35 — Répondre

    Toujours les mêmes: Yoyo, Maiana, à croire que l’élite demie coloniale est totalement consanguine. Pourtant si cette soit disant élite était dotée d’une intelligence supérieure et de talents exceptionnels le pays se porterait tellement mieux …

  3. Iritahua
    29 mars 2017 à 8h04 — Répondre

    Tant qu’il y a à grignoter, les mor…..sont là.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La succession houleuse de Bruno Barrillot à la DSCEN