ACTUS LOCALESEDUCATION

Le ministère de l’Éducation se veut rassurant sur la fusion Aorai-Taaone

© Présidence

Plus d’un mois après l’opposition du syndicat Sneeta-FO à la fusion des lycées Aorai et Taaone, prévue à la rentrée 2019, la ministre de l’Éducation a présenté vendredi matin ce « pôle d’excellence » censé répondre au décrochage scolaire et à la mise en place de la réforme des lycées.

Dix-sept ans après avoir été séparés, les lycées Aorai et Taaone vont être à nouveau réunis dès la rentrée 2019-2020. Un projet qui avait été révélé en mars dernier par Polynésie la 1ère et qui avait aussitôt fait réagir le syndicat Sneeta-FO, opposé à « cette situation imposée dans l’urgence ».

Lire aussi : Le Sneeta-FO contre la fusion des lycées Aorai-Taaone

Il aura fallu plus d’un mois pour que la ministre de l’Éducation Christelle Lehartel s’exprime sur le sujet. Ce « pôle d’excellence » accueillera donc 2 400 élèves de la seconde au baccalauréat dans les filières générale, technologique et professionnelle. Le lycée proposera les mêmes formations des deux établissements avec une nouveauté, une section « européenne et langues orientales » en mandarin. L’objectif étant de répondre à la suppression des filières de la voie générale prévue par la réforme des lycées et donc d’équilibrer la carte de formation sur la côte Est avec celle du lycée Gauguin à l’Ouest. Accusée de faire ce projet « dans l’urgence », la ministre a rappelé les concertations avec le personnel des établissements, l’annonce faite à la rentrée 2018 et les présentations multiples. Quant au souci d’économies et de réductions des coûts, Christelle Lehartel y oppose les investissements qui vont être réalisés et le maintien des équipes.

Il est donc prévue une « évolution des salles » pour un montant de 23 millions de Fcfp, et 17 millions supplémentaires pour du matériel adéquat. Tout devrait être prêt d’ici septembre 2019.

Lutter contre le décrochage

Interpellée par le syndicat sur les conditions d’accueil des élèves, le ministère a décidé de « mettre le paquet » sur les secondes afin de réduire le décrochage scolaire, notamment des élèves des îles éloignées. Avec pour l’heure 500 élèves des îles dans les deux établissements, le taux est de « 6 à 7 % d’élèves qui ne reviennent pas après Noël ». Un bâtiment leur sera dédié, ainsi qu’une équipe de direction et éducative comme le détail Christelle Lehartel.

Enfin un nouvel internat « tampon » à 400 millions pour 120 élèves doit voir le jour pour la rentrée 2021. Il permettra la rénovation progressive des autres internats déjà existants. Le lycée fusionné accueillera également dès la rentrée prochaine les prémices d’un « centre d’excellence sportive » pour des filières de type sport-études. La première devrait être mise en place avec la fédération de natation.

Article précedent

Football : Les Aito Taure’a en route pour le mondial

Article suivant

Le programme du Heiva 2019 dévoilé

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le ministère de l’Éducation se veut rassurant sur la fusion Aorai-Taaone