ACTUS LOCALESPEOPLE

Manaudou, comme un poisson dans les eaux locales

Manaudou

La triple championne du monde et médaillée olympique, Laure Manaudou, est sur le fenua pour une dizaine de jours. Venue soutenir l’Aquathlon organisé par l’AS Tamarii Punaruu Triathlon Natation, elle rendra également visite aux enfants hospitalisées à l’hôpital du Taaone.

Elle est sans doute l’une des figures les plus connues de la natation française. Laure Manaudou a obtenu sa première médaille d’or aux jeux olympiques d’Athènes a tout juste 18 ans. Son ascension a ensuite été fulgurante. La championne comptabilise 127 médailles dont 86 en or en à peine 10 ans de carrière. Arrivée lundi soir à l’aéroport de Tahiti-Faa’a, elle n’a pas encore eu l’occasion d’admirer les paysages polynésiens mais les quelques heures passées à la terrasse de son hôtel lui ont déjà permis de trouver la vue « magique ». Laure Manaudou a d’ailleurs été très impressionnée par l’accueil qui lui a été réservé lundi soir.

Même si la nageuse a pris sa retraite sportive depuis 2013, elle ne reste jamais bien loin des plans d’eaux. Et c’est ce qui l’a conduite sur le fenua. Pour la première fois, Laure Manaudou participera à un aquathlon. Une compétition qui combine natation et marche à pied. Une discipline qu’elle n’a jamais pratiquée et pour laquelle elle a repris les entrainements. Une course que la championne ne prend pas à la légère et qui la « stresse » même un peu.

Les fonds de la course seront reversés à l’association pour les enfants hospitalisés. Laure Manaudou leur rendra d’ailleurs visite dans les prochains jours. La championne passera également un moment privilégié avec les enfants de l’AS Tamarii Punaruu Triathlon Natation sur la plage du PK 18. Elle lancera aussi toutes les courses enfants de la compétition. Plus d’une centaine sont déjà inscrits. Très proche des plus jeunes, la nageuse espère pouvoir partager son expérience.

Laure Manaudou quittera le fenua mardi 3 novembre au soir. Mais elle compte déjà revenir pour faire découvrir à sa fille la culture polynésienne. En fan de tatouage, elle compte d’ailleurs bien repartir avec un nouveau « tatau ».

Article précedent

Le guichetier détourne 7 millions pour deux marabouts !

Article suivant

Où est passé l'esprit de la marche blanche ? - Edito 27/10/2015

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Manaudou, comme un poisson dans les eaux locales